Menu secondaire

Résumé de la réunion – Assemblée générale du 4 et 5 décembre 2014

Programme de rappel électoral

Susan Torosian, directrice principale, Politique et Affaires publiques, dirige la séance portant sur le Programme de rappel électoral pour la 42e élection générale. Cette séance comprend un survol de la campagne de communication, qui vise à fournir de l'information aux électeurs pour qu'ils sachent où, quand et comment s'inscrire et voter à la prochaine élection générale. Mme Torosian indique que la campagne a été complètement remaniée, de façon à assurer une présentation uniforme, utiliser un langage simplifié et profiter des médias numériques – un projet que l'organisme n'avait pas pu réaliser pendant de nombreuses années en raison de la succession de gouvernements minoritaires. Elle explique la stratégie adoptée, les moyens de communication ainsi que les diverses étapes de la campagne et ses points saillants. La campagne cible l'ensemble de la population canadienne et comprend un volet visant les groupes d'électeurs qui connaissent généralement moins bien le processus électoral. À la fin de son exposé, Mme Torosian montre un aperçu du site Web de l'élection générale, lequel a été revu et sera au cœur de la campagne.

On met aussi en lumière la stratégie d'EC en matière d'accessibilité pour les électeurs. Avant l'assemblée, les membres du CCPP ont pu examiner le document Politique sur l'accessibilité et services offerts, qui décrit les services et les initiatives qu'EC a mis en place pour assurer l'accessibilité du processus aux électeurs ayant une déficience.

Le processus de gestion des plaintes, qui s'inscrit dans la stratégie de communication avec les électeurs, est également présenté. Un système sera instauré afin de mieux gérer les plaintes; il permettra d'effectuer un meilleur suivi et de réduire les délais de réponse.

Discussion

Cet exposé donne lieu à une longue discussion. Les participants expriment de nombreux commentaires positifs sur le Programme de rappel électoral : par exemple, ils se montrent favorables au site Web adapté aux appareils mobiles, lequel est jugé essentiel. Les membres s'interrogent sur les délais serrés de la mise en œuvre du programme, puisqu'une élection pourrait être déclenchée au printemps 2015, mais on leur assure qu'EC sera prêt à tenir une élection hâtive. La date butoir de la préparation électorale de l'organisme est le 1er mars.

Les membres posent plusieurs questions sur l'inscription et souhaitent que le processus soit clarifié. Lorsqu'un membre demande comment EC pourrait évaluer l'effet des campagnes d'information, on indique qu'une solide stratégie de publicité ne pourra pas à elle seule changer le comportement des électeurs à court terme.

Certains craignent que la carte d'information de l'électeur et la brochure de rappel ne puissent rejoindre tous les groupes cibles, car certains électeurs ont des problèmes de littératie. Dans le cadre de sa Stratégie nationale de rayonnement, EC consultera les intervenants et les organismes partenaires pour transmettre l'information à leurs groupes.

Des préoccupations sont soulevées par rapport au fait que la campagne semble axée sur les utilisateurs d'ordinateurs et que les électeurs n'ont pas tous accès à ce moyen de communication. On précise qu'EC s'efforce d'établir le contact avec des organismes communautaires locaux par l'entremise des agents de relations communautaires, qui ont accès à de nombreux outils pour sensibiliser les groupes cibles. Il y aura aussi beaucoup de publicité dans les journaux.

Un membre s'interroge sur les campagnes d'information visant à rappeler aux électeurs que c'est le jour du scrutin. On envisage notamment de distribuer des autocollants portant la mention « J'ai voté ». Un logo « Prêt à voter » pourra être partagé électroniquement dans les médias sociaux. EC a réalisé des essais auprès de groupes de discussion pour toutes ses méthodes de communication avec différents groupes d'électeurs.

Un participant demande si les électeurs peuvent actuellement déposer une plainte sur le site Web d'EC et si la section des plaintes sera mise en évidence pendant l'élection. On répond que l'organisme lancera, au printemps 2015, un nouveau formulaire de plainte en ligne qui sera lié à un nouveau système de gestion des cas. Un membre pose aussi une question sur les liens entre les systèmes de traitement des plaintes d'EC, du commissaire aux élections fédérales et du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). Globalement, il y a seulement eu une discussion préliminaire sur la coordination avec les sites Web du CRTC ou du commissaire en ce qui concerne les plaintes. En général, on suppose que la majorité des Canadiens qui veulent déposer une plainte passeront par EC, quelle que soit la nature de la plainte. EC transmettra ensuite les plaintes non liées à son mandat à l'autorité compétente.

Quant au temps de publicité et à la participation aux débats radiodiffusés, l'arbitre en matière de radiodiffusion décide du temps de publicité gratuit et payant attribué à chaque parti. Certaines choses ne font pas partie du mandat de l'arbitre, mais ce dernier est quand même une personne-ressource utile. Les questions telles qu'un débat opposant tous les candidats sont la responsabilité des radiodiffuseurs privés, et ne relèvent donc pas de la compétence d'EC.