Menu secondaire

Perspectives électorales – Les personnes handicapées et les élections

Perspectives électorales – Avril 2004

Message du directeur général des élections
Les personnes handicapées et les élections

Jean-Pierre Kingsley
Directeur général des élections du Canada

Jean-Pierre Kingsley

Jean-Pierre Kingsley
Directeur général des élections du Canada

L'une des plus importantes mesures de l'accessibilité du processus électoral est la facilité avec laquelle les personnes handicapées peuvent exercer leur droit de vote. Il y a un peu plus d'une décennie, nous avons supprimé des obstacles majeurs au niveau fédéral au moyen de modifications à la Loi électorale du Canada. D'autres améliorations ont suivi, et l'accessibilité du processus électoral fédéral canadien est maintenant reconnue comme un modèle pour les autres pays. Plusieurs gouvernements provinciaux ont également adapté leurs lois et leurs pratiques électorales. Les quatre premiers articles du présent numéro de Perspectives électorales portent sur ces progrès et rappellent aux lecteurs ce qu'il reste à faire.

Les améliorations à l'accessibilité du processus électoral pour les personnes handicapées comprennent le vote par bulletin spécial, l'accès de plain-pied aux lieux de scrutin, l'inscription le jour d'élection et les programmes d'information du public. Les groupes qui représentent les personnes handicapées y ont contribué grandement en remettant en question les lois et les pratiques discriminatoires, et en donnant de précieux conseils aux administrateurs électoraux.

Dans le contexte actuel où les Canadiens se familiarisent avec un nouveau régime fédéral de financement politique, ce numéro propose une analyse de la décision de la Cour suprême des États-Unis de maintenir la Bipartisan Campaign Reform Act adoptée en 2002 (qui avait fait l'objet d'un article dans le numéro de mai 2002 de Perspectives électorales). Les objectifs de la loi américaine sont différents de ceux du projet de loi canadien C-24 (adopté en 2003). Cependant, quelques-unes des questions en jeu, particulièrement la mesure dans laquelle les lois sur le financement électoral peuvent limiter la liberté d'expression, correspondent à certains aspects du débat canadien sur les règles du financement politique.

Les numéros de juillet et de novembre 2003 de Perspectives électorales examinaient en détail les facteurs liés au faible taux de participation des jeunes Canadiens et des Autochtones. Le présent numéro revient sur la participation électorale de ces groupes. Les comptes rendus de deux importants exercices de consultation parrainés par Élections Canada éclairent davantage notre compréhension des tendances et présentent diverses suggestions des participants sur ce qui devrait être fait. Pour de plus amples renseignements sur les initiatives jeunesse d'Élections Canada, consultez la rubrique « Activités électorales en bref ».

Enfin, j'invite les lecteurs de Perspectives électorales à m'envoyer leurs commentaires sur les articles parus dans ce numéro. Les lettres peuvent être envoyées à l'adresse postale ou à l'adresse de courriel figurant à la page précédente.

Jean-Pierre Kingsley

Note : 

Les opinions exprimées par les auteurs ne reflètent pas nécessairement celles du directeur général des élections du Canada.