Menu secondaire

Ligne directrice no 2015-05

Ligne directrice sur l'audit externe du Rapport d'un parti enregistré sur les dépenses d'une élection générale

Commentaires formulés lors de la période de consultation officielle, du 8 décembre 2015 au 8 janvier 2016


Note : Élections Canada a ajouté des boutons qui permettent de passer du commentaire (C) du parti politique ou du commissaire aux élections fédérales à la réponse (R) correspondante d'Élections Canada, et vice versa.

Commentaires reçus du Parti conservateur du Canada

C1 Préambule

  1. Page 4, Rapports d'audit : « Les deux rapports d'audit doivent être présentés en même temps que le compte des dépenses électorales, c'est-à-dire huit mois après le jour de l'élection. »

    Solution possible : Insérer « au maximum » avant « huit mois après le jour de l'élection ».

Annexe 1 – Exigences applicables de la Loi électorale du Canada

  1. 376(1) : Cette section donne l'impression qu'Élections Canada veut que l'auditeur s'assure que toutes les dépenses électorales admissibles ont été déclarées.
    1. Solution possible : Clarifier le passage ou faire référence à la réserve concernant l'exhaustivité.
  2. 426(3) : L'inclusion des « contributions » semble être une exigence redondante, puisque les contributions sont auditées dans le Rapport financier d'un parti enregistré, présenté à Élections Canada chaque année et assorti d'une réserve concernant l'exhaustivité.
    1. Solution possible no 1 : Enlever la référence aux contributions, puisqu'elles sont auditées dans le Rapport financier d'un parti enregistré.
    2. Solution possible no 2 : Préciser que l'auditeur n'a qu'à s'assurer que seul un agent enregistré du parti enregistré a accepté des contributions pour le parti, mais que l'auditeur n'a pas besoin d'auditer les contributions, car elles le seraient dans le cadre d'un audit de fin d'exercice et de l'audit du Rapport financier d'un parti enregistré.
  3. 426(4)a) : Cet article est lié à l'article 364 de la Loi électorale du Canada, qui concerne les contributions et les cessions, auditées dans le Rapport financier d'un parti enregistré, présenté à Élections Canada chaque année et assorti d'une réserve concernant l'exhaustivité.
    1. Solution possible no 1 : Enlever la référence aux contributions, puisqu'elles sont auditées dans le Rapport financier d'un parti enregistré.
    2. Solution possible no 2 : Préciser que l'auditeur n'a qu'à s'assurer que seul un agent enregistré du parti enregistré a accepté des contributions pour le parti, mais que l'auditeur n'a pas besoin d'auditer les contributions, car elles le seraient dans le cadre d'un audit de fin d'exercice et de l'audit du Rapport financier d'un parti enregistré.
  4. Commentaires généraux sur l'annexe 1
    1. Il n'est pas approprié d'utiliser des phrases qui comprennent des mots comme « tout » ou « tous » dans cette section. Élections Canada devrait être plus précis quant aux tâches qu'il souhaite que l'auditeur accomplisse. Il n'est pas entièrement clair « qu'Élections Canada cherche non pas à auditer des données exhaustives, mais plutôt à s'assurer que ces données sont précises et reflètent la réalité » .
    2. L'auditeur ne peut donner son opinion sur l'exhaustivité pour aucun de ces critères.

C2 Annexe 2 – Modèle de lettre de mission d'audit

  1. Mes responsabilités, 2e paragraphe, page 10, 1re phrase : La formulation de l'objectif ne concorde pas avec celle de la NCA 805, mais cela devrait être le cas. (Même remarque pour la page 4, 1er paragraphe de la section 1, « Rapport d'audit sur les renseignements… »)
  2. Page 11, 5e paragraphe, 2e phrase : Le rapport n'est pas adressé au directeur général des élections.
  3. Page 12, 2e paragraphe : Le paragraphe indique qu'un rapport distinct pour le chapitre 4460 est requis en vertu du paragraphe 438(2).

C3 Annexe 3 – Modèle de rapport d'audit préparé au titre de la NCA 805

  1. Paragraphe 1 : Préciser les directives comptables émises par Élections Canada, c'est-à-dire « Le compte des dépenses électorales a été préparé par l'agent principal du parti XXX selon les dispositions de l'article 437 de la Loi électorale du Canada et les directives comptables intitulées XXX et publiées le XXX par Élections Canada. »
    1. Cette question devrait aussi être abordée à d'autres endroits dans le document, soit dans les paragraphes portant sur l'opinion avec réserve et le référentiel comptable et les restrictions quant à l'utilisation.
  2. Référentiel comptable et restrictions quant à l'utilisation, 1re phrase : Ajouter la note 1 qui décrit le référentiel comptable. La phrase « est conforme à l'article 437 de la Loi électorale du Canada » n'est pas suffisante pour décrire le cadre de rapport financier utilisé dans la préparation du rapport.
  3. Rapport relatif à d'autres obligations légales et réglementaires : Étant donné que la réserve concerne les dépenses, ce paragraphe semble indiquer de façon implicite que le vérificateur déclare que le montant total des dépenses est en deçà du seuil, mais l'auditeur ne peut pas faire une telle déclaration.

C4 Annexe 4 – Modèle de rapport d'audit spécial préparé au titre du chapitre 5815

  1. 1er paragraphe, fin de la 1re phrase : Ajouter « et l'interprétation de ces dispositions énoncée dans la note 1, ci-jointe ».

    L'auditeur doit joindre l'annexe 1 en tant que note 1 à son rapport.

Réponse d'Élections Canada aux commentaires du Parti conservateur du Canada

R1Préambule

  1. Le texte de la ligne directrice a été modifié comme suit :
    Les deux rapports d'audit doivent être présentés en même temps que le compte des dépenses électorales, c'est-à-dire au maximum huit mois après le jour de l'élection.

Annexe 1 – Exigences applicables de la Loi électorale du Canada

  1. Le texte de l'annexe 1 concernant le paragraphe 376(1) a été modifié afin de préciser que ce qui est visé est que l'audit porte uniquement sur les dépenses électorales déclarées. Il se lit maintenant comme suit :
    « Dépenses électorales
    L'auditeur doit s'assurer que les dépenses électorales déclarées répondent aux définitions suivantes : »
  2. 426(3) et
  3. 426(4)a)

    Il est nécessaire d'inclure le paragraphe 426(3) et l'alinéa 426(4)a) aux exigences applicables énoncées à l'annexe 1. Les dépenses électorales pourraient inclure les biens ou les services reçus comme des contributions non monétaires, qui doivent être déclarées dans le Rapport d'un parti enregistré sur les dépenses d'une élection générale (à la partie 2, dans la colonne « Bien ou service contribué ou cédé »).
  4. Commentaires généraux sur l'annexe 1

    La ligne directrice a été modifiée pour clarifier l'intention d'Élections Canada d'orienter l'audit sur la précision des montants déclarés comme des dépenses électorales, et pas nécessairement sur l'exhaustivité des données ou du rapport en général.

R2Annexe 2 – Modèle de lettre de mission d'audit

  1. Le 2e paragraphe de cette section a été modifié pour respecter la formulation utilisée dans la NCA 805.
  2. La phrase sur les rapports d'audit adressés au directeur général des élections a été supprimée.
  3. Le paragraphe porte sur la seconde opinion, requise en vertu du paragraphe 438(2) de la Loi électorale du Canada, qui doit être soumise dans un rapport distinct préparé au titre du chapitre 5815 (et non 4460) du Manuel de CPA Canada – Certification, Rapports spéciaux – Rapports d'audit sur la conformité à des dispositions contractuelles, légales ou réglementaires. Le paragraphe décrit l'intention de ce rapport distinct.

R3Annexe 3 – Modèle de rapport d'audit préparé au titre de la NCA 805

  1. L'annexe 3 a été modifiée pour ajouter une référence précise à la directive d'Élections Canada, dans le premier paragraphe de l'annexe, et dans les paragraphes « Opinion avec réserve », et « Référentiel comptable et restrictions quant à l'utilisation ».
  2. La première phrase du paragraphe a été modifiée comme suit :
    « Sans pour autant modifier mon opinion, j'attire l'attention des lecteurs sur la note du compte, laquelle décrit le référentiel comptable. »
  3. Le paragraphe 431(1) de la Loi électorale du Canada, lequel interdit à l'agent principal de faire des dépenses électorales dont le total dépasse le plafond établi au titre de l'article 430, doit être inclus dans l'annexe 1. Il s'agit d'une importante exigence de la section 1 à respecter, et plus particulièrement de la sous-section sur la gestion financière des partis enregistrés. Même dans le contexte d'un énoncé avec réserve, il devrait être possible d'évaluer si le total des dépenses électorales déclarées est inférieur au plafond établi, ce qui fournirait des renseignements utiles à l'appui d'une opinion d'audit sur la conformité.

R4Annexe 4 – Modèle de rapport d'audit spécial préparé au titre du chapitre 5815

  1. Cette phrase du premier paragraphe a été modifiée comme suit :

    « J'ai procédé à un audit afin de déterminer si, au XX mois XXXX, le parti enregistré XXX se conformait aux critères établis dans les exigences applicables des sections 1 (Dispositions financières générales) et 2 (Partis politiques) de la partie 18 (Gestion financière) de la Loi électorale du Canada, en vertu du paragraphe 438(1) de la Loi (les « dispositions légales ») et de leur interprétation énoncée dans la note 1, ci-jointe.

Commentaires du Parti libéral du Canada

C5 Étant donné le sujet de la ligne directrice et les organismes qui seront les plus touchés par celle-ci, nous pensons qu'il est important de demander aux intervenants du milieu de la comptabilité publique et aux auditeurs des partis enregistrés de formuler des commentaires avant d'y mettre la dernière main. Si nous avons bien compris, Élections Canada a déjà consulté Comptables professionnels agréés Canada (CPA) concernant le contenu de l'ébauche. Puis, suivant la publication de la ligne directrice, CPA a ensuite consulté le bureau national de Deloitte et de PricewaterhouseCoopers.

Dans le cadre de notre examen de la ligne directrice, nous avons également consulté PricewaterhouseCoopers, et nous pensons qu'ils consulteront également CPA, ce qui devrait générer d'autres commentaires pour Élections Canada en dehors du processus législatif officiel des ALI. Par conséquent, les commentaires du Parti libéral sur l'ébauche de cette ligne directrice sont limités.

L'un des points de discussion entre PricewaterhouseCoopers et le parti est la publication par CPA de trois ouvrages afin d'aider les auditeurs à se décharger de leurs obligations relativement à l'audit des (i) candidats, (ii) des associations de circonscription, et (iii) des tiers. Ces publications fournissent aux auditeurs des instructions supplémentaires qui ne se trouvent pas ailleurs.

À notre avis, l'annexe 1 de la ligne directrice ne donne pas suffisamment d'instructions à un auditeur pour assurer l'uniformité des procédures spécifiques aux audits de conformité des dépenses électorales d'un auditeur à l'autre, en particulier pour les auditeurs des partis qui ne sont pas représentés à la Chambre, puisque les auditeurs des petits partis proviennent souvent de petits organismes et ont une expérience limitée de la Loi électorale du Canada. Ainsi, nous croyons que l'annexe 1 requiert d'importantes révisions afin d'inclure les procédures particulières que l'auditeur doit accomplir selon le directeur général des élections.

Commentaires particuliers

Dans le paragraphe « Fondement de l'opinion avec réserve » à la page 16, on informe le lecteur que l'opinion comporte une réserve, à savoir qu'il ne sera pas possible de vérifier si les dépenses ont toutes été comptabilisées. La référence au paragraphe 376(1) à la page 7 ne semble pas prendre en considération cette réserve.

Réponse d'Élections Canada aux commentaires du Parti libéral du Canada

R5 Annexe 1 (commentaires généraux)

L'annexe 1 fournit aux auditeurs des instructions générales sur les exigences applicables de la Loi électorale du Canada. Elle vise à faciliter l'établissement des paramètres du mandat d'audit de la conformité des partis enregistrés aux articles applicables de la partie 18 et des sections 1 et 2. Elle n'a pas pour objectif de fournir aux auditeurs des procédures détaillées ou particulières, par exemple sur un programme d'audit, car ces procédures devraient être établies en fonction des normes et des directives existantes dans le milieu, ainsi que des besoins précis de chaque mandat d'audit.
En réponse aux commentaires reçus, Élections Canada a néanmoins décidé de modifier la ligne directrice afin d'en clarifier le contenu en général et de la rendre plus pratique pour les partis enregistrés et les auditeurs externes.

Annexe 1 (commentaires particuliers)

Afin de clarifier que seules les dépenses déclarées sont visées, le texte de l'annexe 1 concernant le paragraphe 376(1) a été modifié comme suit :

« Dépenses électorales
L'auditeur doit s'assurer que les dépenses électorales déclarées répondent aux définitions suivantes : »


Le commissaire aux élections fédérales n'a soumis aucun commentaire concernant l'ALI no 2015-05 

Les partis ci-dessous n'ont soumis aucun commentaire concernant l'ALI no 2015-05 :

Note spéciale :
Élections Canada a préparé cette ligne directrice en fonction des normes canadiennes d'audit et autres normes de certification du Manuel de CPA Canada – Certification déjà mis à la disposition des auditeurs (voir site Web de Comptables professionnels agréés (CPA) Canada à www.cpacanada.ca et la boutique de CPA Canada à www.castore.ca). Élections Canada a collaboré et échangé des renseignements avec CPA Canada dans le cadre de l'élaboration de cette ligne directrice.