Menu secondaire

Sondage d'opinion publique réalisé après les élections partielles du 25 novembre 2013

Section 2 : Connaissance et inscription

La présente section met l'accent sur les expériences des électeurs durant la période commençant avec l'annonce de la tenue des élections partielles (le 20 octobre 2013) et se terminant aux élections partielles elles-mêmes (le 25 novembre 2013). Il est notamment question, en ce qui concerne les électeurs, de leur connaissance de la tenue d'une élection partielle dans leur circonscription, de leur connaissance des procédures de vote et des exigences connexes, de leur interaction (le cas échéant) avec Élections Canada, et de leur inscription à la liste électorale pour l'élection partielle, y compris la réception de leur carte d'information de l'électeur.

De façon générale, plus de 9 répondants sur 10 (93 %) savaient que des élections partielles auraient lieu. Les médias traditionnels (télévision, 44 %; journaux, 38 %; et radio, 30 %) ont été les sources d'information sur les élections partielles les plus mentionnées par les répondants. La plupart des répondants ont obtenu des renseignements précis sur les procédures de vote de leur carte d'information de l'électeur (59 %). Relativement peu de répondants (36 %) ont indiqué avoir remarqué une publicité d'Élections Canada au cours de l'élection partielle.

2.1 Connaissance des élections partielles

La connaissance globale des élections partielles du 25 novembre 2013 a été élevée, 93 % des répondants indiquant qu'ils savaient que des élections auraient lieu. En particulier, presque tous les électeurs de Brandon–Souris, Manitoba, étaient conscients de la tenue d'une élection partielle (voir la figure 2.1 ci-dessous).

Figure 2.1 : Connaissance des élections partielles


La description du graphique « Figure 2.1 : Connaissance des élections partielles »

La connaissance des élections partielles était forte dans toutes les tranches d'âge, avec au moins 9 électeurs sur 10, dans chaque tranche, conscients du fait qu'une élection allait avoir lieu.

2.1.1 Sources d'information sur les élections partielles

Les cinq sources d'information sur les élections partielles mentionnées par les répondants ont été la télévision, les journaux, la radio, les affiches électorales de partis ou de candidats et la carte d'information de l'électeur des répondants. Alors que certains médias ont été mentionnés à un taux constant dans l'ensemble des circonscriptions, particulièrement la carte d'information de l'électeur et le bouche-à-oreille, une variation significative a été observée dans le pourcentage des électeurs mentionnant la télévision, les journaux et la radio (voir la figure 2.2 ci-dessous). Par exemple, les électeurs de Brandon-Souris ont été les plus susceptibles de mentionner les journaux ou la radio, mais les moins enclins à mentionner la télévision.

Figure 2.2 : Sources d'information sur les élections partielles
Vous souvenez-vous où vous avez entendu parler de cette élection partielle? Bourassa
(n=368)
Brandon–Souris
(n=400)
Provencher
(n=387)
Toronto-Centre
(n=367)
Dans l'ensemble
(n=1522)
Télévision 50 % 14 % 32 % 53 % 44 %
Journal 24 % 48 % 38 % 39 % 38 %
Radio 18 % 47 % 34 % 21 % 30 %
Affiches ou pancartes électorales des candidats ou partis 16 % 13 % 26 % 20 % 19 %
Carte d'information de l'électeur (reçue par la poste) 14 % 12 % 18 % 19 % 16 %
Par bouche à oreille (amis, famille, collègues) 11 % 15 % 16 % 13 % 14 %
Brochure/dépliant/carte de rappel d'Élections Canada (reçu par la poste) 24 % 4 % 11 % 13 % 13 %
Internet : autres sites 3 % 7 % 8 % 10 % 7 %
Directement des candidats/partis 6 % 9 % 6 % 6 % 7 %
Brochures/dépliants de candidats/partis 2 % 1 % 2 % 1 % 2 %
Médias sociaux 1 % 1 % 4 % 1 % 2 %
Grands panneaux d'affichage 0 % 0 % 0 % 3 % 1 %
Affiches/tableaux d'affichage 1 % 0 % 1 % 0 % <1 %
Élections Canada (appel téléphonique, recenseur) 0 % 0 % 0 % 1 % <1 %
Ne sait pas/refus 1 % 2 % 2 % 3 % 2 %

Nota : Le total des colonnes pourrait ne pas être de 100 %, puisque les répondants pouvaient donner jusqu'à trois réponses. L'ordre dans lequel les raisons sont placées dans le tableau est fonction de la tendance générale.

Base : Électeurs qui savaient que des élections partielles seraient tenues.

Certaines sources d'information étaient aussi statistiquement liées à certains groupes sociodémographiques particuliers :

2.2 Publicités d'Élections Canada

Globalement, environ un tiers des répondants (36 %) ont indiqué avoir remarqué une publicité d'Élections Canada, le taux variant légèrement entre circonscriptions (voir la figure 2.3 ci-dessous). Les électeurs de Brandon–Souris, Manitoba, en particulier, ont été plus susceptibles de remarquer des publicités d'Élections Canada.

Figure 2.3 : Connaissance de la publicité d'Élections Canada


La description du graphique « Figure 2.3 : Connaissance de la publicité d'Élections Canada »

Base : Électeurs qui savaient que des élections partielles seraient tenues.

Il y avait aussi une variation significative entre certains groupes sociodémographiques :

2.2.1 Placement des publicités

Les médias traditionnels ont été les principaux endroits où les répondants ont remarqué des publicités, les journaux étant la source la plus mentionnée (47 %), suivie de la radio et de la télévision (22 % chacune). Il devrait être noté, cependant, qu'Élections Canada ne diffuse pas de publicité à la télé pendant des élections partielles; ce taux dénote donc une erreur de mémoire de la part des répondants, qui attribuent possiblement de la publicité de partis politiques ou de candidats à Élections Canada ou se trompent quant au moment où ils auraient vu la publicité. Cela a été particulièrement prononcé à Bourassa et Toronto-Centre (voir figure 2.4). Les répondants dans ces deux circonscriptions ont aussi été significativement plus susceptibles d'avoir mentionné une brochure de rappel d'Élections Canada. Un plus grand nombre de répondants de Bourassa ont mentionné des affiches, dépliants ou brochures dans leur secteur que dans d'autres circonscriptions.

Figure 2.4 : Lieux des publicités d'Élections Canada
Où avez-vous remarqué [les publicités d'Élections Canada]? Bourassa
(n=134)
Brandon–Souris
(n=177)
Provencher
(n=125)
Toronto-Centre
(n=110)
Dans l'ensemble
(n=546)
Journaux 22 % 65 % 48 % 46 % 47 %
Radio 23 % 29 % 23 % 9 % 22 %
Télévision 31 % 14 % 19 % 26 % 22 %
Brochure/dépliant/carte de rappel d'Élections Canada (reçu par la poste) 18 % 3 % 4 % 18 % 10 %
Affiches dans le secteur 18 % 4 % 9 % 10 % 10 %
Carte d'information de l'électeur (reçue par la poste) 8 % 5 % 5 % 9 % 6 %
Dépliants/brochures 10 % 5 % 6 % 3 % 6 %
Site Web d'Élections Canada 1 % 3 % 6 % 4 % 4 %
Bureau local d'Élections Canada dans la circonscription 0 % 1 % 0 % 1 % <1 %
Ne sait pas/refus 1 % 4 % 7 % 3 % 4 %

Nota : Le total des colonnes pourrait ne pas être de 100 %, puisque les répondants pouvaient donner jusqu'à trois réponses. L'ordre dans lequel les raisons sont placées dans le tableau est fonction de la tendance générale.

Base : Les électeurs qui ont remarqué une publicité d'Élections Canada.

Une variation significative dans les sources a été notée entre les groupes sociodémographiques :

2.2.2 Rappel du contenu des publicités

Le sujet dont les répondants se sont le plus fréquemment rappelé en ce qui concerne les publicités était la date des élections partielles, indiquée par 31 % de ceux qui ont remarqué une publicité. Ont suivi de près " rappel du vote " (25 %), le fait de devoir prouver son identité et son adresse (12 %), et " incitation à voter " (10 %) (voir la figure 2.5 ci-dessous). Il est important de noter que 6 % des répondants qui ont vu des publicités d'Élections Canada étaient d'avis que celles-ci contenaient de l'information se rapportant particulièrement aux candidats ou partis, ce qui indique soit une certaine confusion quant à la question, ou l'indifférenciation des publicités politiques et d'Élections Canada. Cela a été observé de façon particulière dans Bourassa.

Figure 2.5 : Sujets des publicités d'Élections Canada
De quoi parlait la publicité d'Élections Canada? Bourassa
(n=134)
Brandon–Souris
(n=177)
Provencher
(n=125)
Toronto-Centre
(n=110)
Dans l'ensemble
(n=546)
Date de l'élection 28 % 37 % 28 % 28 % 31 %
Rappel du vote 27 % 32 % 19 % 17 % 25 %
Les électeurs doivent prouver leur identité/adresse pour voter 8 % 11 % 15 % 16 % 12 %
Incitation à voter 21 % 9 % 6 % 4 % 10 %
Dates de vote par anticipation 10 % 7 % 6 % 7 % 8 %
Où aller voter 3 % 8 % 13 % 5 % 7 %
Heures d'ouverture des bureaux de vote 8 % 11 % 4 % 5 % 7 %
De l'information précise sur les candidats/partis 10 % 5 % 3 % 5 % 6 %
Numéro de téléphone d'Élections Canada 0 % 3 % 5 % 7 % 3 %
Vote au bureau local d'Élections Canada 2 % 3 % 6 % 1 % 3 %
Règles électorales spéciales 3 % 3 % 2 % 3 % 3 %
Rappel que la carte d'information de l'électeur arrivera par la poste 0 % 1 % 6 % 0 % 2 %
L'élection partielle à venir, de quoi il s'agit 4 % 0 % 1 % 0 % 1 %
Comment aller voter 2 % 1 % 2 % 1 % 1 %
Site Web (www.elections.ca) 0 % 0 % 1 % 3 % 1 %
Vote par la poste 0 % 1 % 1 % 0 % <1 %
Autre (révisé) 0 % 0 % 1 % 0 % <1 %
Ne sait pas/refus 24 % 24 % 30 % 39 % 28 %

Nota : Le total des colonnes pourrait ne pas être de 100 %, puisque les répondants pouvaient donner jusqu'à trois réponses.

Base : Les électeurs qui ont remarqué une publicité d'Élections Canada.

Un certain nombre de tendances ont été observées, dont les suivantes :

2.2.3 Rappel des slogans et préférence

Au cours des élections partielles, Élections Canada a utilisé divers slogans pour motiver les électeurs, y compris : « Élections Canada, votre source d'information sur le vote » (ci-après le « slogan d'information »)note 2, et « Voter c'est choisir son monde » (ci-après le slogan « choisir-son-monde »)note 3. Globalement, l'exposition aux deux slogans a été faible, avec seulement un électeur sur 5 (20 %) indiquant avoir vu ou entendu le slogan d'information au cours de la période précédant l'élection partielle, et un nombre légèrement inférieur indiquant avoir vu ou entendu le slogan choisir-son-monde (15 %). L'exposition a été plus prononcée à certains endroits et pour certains groupes démographiques. Les répondants à Brandon–Souris et à Provencher ont tous été plus susceptibles de se rappeler le slogan d'information que les répondants de Bourassa. Au contraire, les répondants de Bourassa ont eu davantage tendance à se rappeler le slogan choisir-son-monde que les répondants d'autres circonscriptions (voir la figure 2.6 ci-dessous). Les répondants à Toronto-Centre ont été aussi significativement plus enclins à dire qu'ils ne se rappelaient pas le slogan choisir-son-monde, comparativement à d'autres circonscriptions.

L'exposition à chaque slogan a été associée à certains groupes sociodémographiques. Le slogan les électeurs de ménages à a été davantage retenu par les jeunes (23 % comparativement à 12 % pour les autres groupes d'âge), les étudiants (41 % comparativement à 16% pour les électeurs ayant un emploi et 9 % pour les retraités) et les électeurs de ménages à revenu modeste et moyen (modeste, 23 %, et moyen, 15 %, contre 9 %, pour les électeurs de ménages à élevé) étaient plus susceptibles de se souvenir du slogan choisir-son-monde.

En dépit de la plus faible visibilité du slogan choisir-son-monde, celui-ci est clairement le plus apprécié des deux slogans, avec 51 % des répondants le choisissant, comparativement au 35 % choisissant le slogan d'informationnote 4. Cette préférence est particulièrement prononcée à Bourassa et à Toronto-Centre, alors que les préférences étaient divisées de façon plus égale dans les deux autres circonscriptions (voir la figure 2.7 ci-dessous).

Figure 2.6 : Rappel du slogan


La description du graphique « Figure 2.6 : Rappel du slogan »

Base : Électeurs qui savaient que des élections partielles seraient tenues.

Figure 2.7 : Préférence relative au slogan


La description du graphique « Figure 2.7 : Préférence relative au slogan »

Base : Électeurs qui savaient que des élections partielles seraient tenues.

La préférence des répondants pour un slogan plutôt que l'autre a été associée à des facteurs sociodémographiques. « Élections Canada, votre source d'information sur le vote » a été significativement préféré par les répondants à revenu moyen (44 %) comparativement aux répondants à revenu plus modeste et à revenu plus élevé (32 % pour chaque groupe), et par les répondants plus âgés (39 %) comparativement aux jeunes (32 %). Le slogan choisir-son-monde, inversement, a été significativement préféré par les répondantes (55 % contre 46 % chez les hommes).

2.3 Connaissance des procédures de vote et des exigences

La plupart des électeurs (59 % de ceux qui savaient qu'une élection partielle allait être tenue) ont obtenu les informations sur les procédures de vote (p. ex., quand et où voter, comment aller voter, comment prouver son identité, etc.) de leur carte d'information de l'électeur. La carte d'information de l'électeur a été la plus importante source dans les quatre circonscriptions, quoique les autres sources pour ces renseignements ont différé significativement d'une circonscription à l'autre (voir la figure 2.8 ci-dessous). À noter particulièrement sont les tendances dans Bourassa, où près d'un quart des électeurs a mentionné une brochure de rappel d'Élections Canada, un taux environ trois fois plus élevé que dans les trois autres circonscriptions. Les électeurs de Bourassa ont aussi été plus susceptibles de mentionner avoir appris les procédures de vote de la télévision.

Figure 2.8 : Sources d'information sur les procédures de vote
Où avez-vous obtenu des renseignements sur les procédures de vote pour cette élection partielle? Bourassa
(n=368)
Brandon–Souris
(n=400)
Provencher
(n=387)
Toronto-Centre
(n=367)
Dans l'ensemble
(n=1522)
Carte d'information de l'électeur 54 % 59 % 62 % 60 % 59 %
Brochure/dépliant/carte de rappel d'Élections Canada (reçu par la poste) 23 % 7 % 8 % 6 % 11 %
Journaux 9 % 15 % 9 % 4 % 10 %
Amis/famille/parents 6 % 8 % 8 % 5 % 7 %
Télévision 13 % 4 % 5 % 4 % 6 %
Radio 5 % 9 % 7 % 1 % 6 %
Partis politiques/candidats 3 % 1 % 2 % 6 % 3 %
Bureau local d'Élections Canada dans la circonscription 1 % 3 % 3 % 2 % 2 %
Internet / site Web (autre que Elections.ca) 2 % 3 % 3 % 1 % 2 %
Dépliants / brochures (source non précisée) 2 % 2 % 1 % 2 % 2 %
Site Web d'Élections Canada 3 % 0 % 2 % 1 % 1 %
Élections Canada, par téléphone (numéro 1 800) 2 % 1 % 1 % 1 % 1 %
Affiches 1 % < 1 % 1 % 1 % 1 %
Agents réviseurs/recenseurs < 1 % 1 % 1 % < 1 % <1 %
Médias sociaux 0 % < 1 % 1 % 0 % <1 %
Autre 0 % 0 % < 1 % 0 % <1 %
Aucune source/n'avait pas l'intention de voter 5 % 8 % 7 % 17 % 9 %
Ne sait pas/refus 5 % 7 % 7 % 7 % 6 %

Nota : Le total des colonnes pourrait ne pas être de 100 %, puisque les répondants pouvaient donner jusqu'à trois réponses.

Base : Électeurs qui savaient que des élections partielles seraient tenues.

Les sources de renseignements pour les procédures de vote sont aussi liées de façon significative aux tendances sociodémographiques :

2.3.1 Connaissance des exigences en matière d'identification

En ce qui concerne les procédures de vote et les exigences, le sondage a mis l'accent sur les exigences en matière de preuve d'identité. La plupart des électeurs savaient que les votants devaient présenter une preuve d'identité pour voter dans le cadre d'une élection fédérale (95 %), et presque autant savaient aussi qu'une preuve d'adresse était requise (87 %). La connaissance des deux exigences était significativement moins élevée dans les deux circonscriptions du Manitoba, comparativement aux deux circonscriptions urbaines (voir la figure 2.9 ci-dessous). Cette tendance a été particulièrement marquée au chapitre de la preuve d'adresse.

Figure 2.9 : Connaissance des exigences en matière d'identification pour voter dans le cadre d'une élection fédérale


La description du graphique « Figure 2.9 : Connaissance des exigences en matière d'identification pour voter dans le cadre d'une élection fédérale »

La connaissance de chaque exigence n'a pas différé significativement d'un groupe sociodémographique à l'autre. Les votants ont démontré être relativement plus au courant des deux exigences que les non-votants (97 % contre 92 % pour la preuve d'identité; 90 % contre 84 % pour la preuve d'adresse).

Les électeurs ont appris les exigences en matière de preuve d'identité et d'adresse de diverses sources, quoique généralement, cette connaissance était largement « déjà connue » plutôt qu'acquise pendant la période de l'élection partielle. Les cinq sources les plus fréquemment mentionnées ont été, par ordre de fréquence :

Les sources ont peu varié d'une circonscription à l'autre, avec les électeurs de Bourassa plus susceptibles d'avoir appris ces exigences d'une brochure de rappel d'Élections Canada, et ayant eu moins tendance à l'apprendre de leur carte d'information de l'électeur, comparativement aux trois autres circonscriptions (voir la figure 2.10 ci-dessous). Cela est contre-intuitif, puisque les électeurs de Bourassa ont été plus enclins que les électeurs d'ailleurs à indiquer avoir reçu une carte d'information de l'électeur.

Figure 2.10 : Connaissance des exigences pour voter dans le cadre d'une élection fédérale
Comment avez-vous entendu parler de ces exigences? Bourassa
(n=397)
Brandon–Souris
(n=384)
Provencher
(n=392)
Toronto-Centre
(n=399)
Dans l'ensemble
(n=1573)
Expérience/connaissance antérieure 31 % 31 % 30 % 33 % 31 %
Carte d'information de l'électeur (reçue par la poste) 22 % 34 % 29 % 35 % 30 %
Élection précédente 20 % 15 % 18 % 25 % 20 %
De bouche à oreille (amis, famille, collègues) 11 % 12 % 15 % 11 % 12 %
Lorsque j'ai voté 11 % 12 % 15 % 11 % 12 %
Journaux 5 % 9 % 6 % 5 % 6 %
Télévision 8 % 5 % 6 % 5 % 6 %
Brochure/dépliant/carte de rappel d'Élections Canada (reçu par la poste) 11 % 2 % 2 % 4 % 5 %
Radio 4 % 5 % 5 % 2 % 4 %
Candidats/partis 2 % 1 % 2 % 3 % 2 %
Internet : Autres sites 1 % 1 % 1 % 1 % 1 %
Site Web d'Élections Canada 1 % 1 % < 1 % 1 % 1 %
Médias sociaux (Facebook, Twitter, etc.) < 1 % 2 % < 1 % 0 % <1 %
Autre < 1 % < 1 % 0 % < 1 % <1 %
Ne sait pas/refus 4 % 6 % 7 % 2 % 5 %

Nota : Le total des colonnes pourrait ne pas être de 100 %, puisque les répondants pouvaient donner jusqu'à trois réponses.

Certaines sources étaient statistiquement liées à certains groupes sociodémographiques en particulier. Les sources de connaissances significativement corrélées avec un groupe sociodémographique particulier comprennent :

2.3.2 Connaissance des options de vote

Il est possible de voter par la poste à n'importe quel moment pendant une élection fédérale – y compris pendant des élections partielles –, mais moins de 1 % de tous les répondants votants ont profité de cette méthode. Cela pourrait être partiellement dû au fait que la méthode est peu connue, comme l'indique le fait qu'une majorité des électeurs des quatre circonscriptions ne connaissaient pas cette option (voir la figure 2.11 ci-dessous). La connaissance était particulièrement faible à Bourassa, où plus de deux tiers (69 %) des électeurs ignoraient qu'il était possible de voter de cette manière. Les votants étaient significativement plus au courant de cette option que les non-votants (46 % contre 28 %). Les femmes ont eu moins tendance à connaître l'option (35 % contre 42 % chez les hommes), et la connaissance s'améliorée avec l'âge (de 18 à 34 ans, 32 %; de 35 à 54 ans, 38 %; 55 ans et plus, 44 %).

Figure 2.11 : Connaissance des options de vote


La description du graphique « Figure 2.11 : Connaissance des options de vote »

2.4 Interaction avec Élections Canada

La plupart des électeurs au courant des élections partielles (78 %) n'avaient jamais eu de contact avec Élections Canada au cours de la campagne (autre qu'au bureau de scrutin, le jour de l'élection). Même si Élections Canada ne téléphone pas aux électeurs pour les informer de l'endroit et du moment du vote électoral, 18 % des électeurs (qui savaient que des élections partielles allaient avoir lieu) ont indiqué avoir reçu un tel appel. Les répondants de Bourassa ont été substantiellement plus susceptibles d'indiquer avoir reçu un appel d'Élections Canada que ceux des autres circonscriptions, trois répondants sur 10 mentionnant avoir reçu un appel (voir la figure 2.12 ci-dessous).

Figure 2.12 : Communication initiée par Élections Canada


La description du graphique « Figure 2.12 : Communication initiée par Élections Canada »

Base : Électeurs qui savaient que des élections partielles seraient tenues.

Il y eut peu de variances sociodémographiques significatives pour cette question, notamment :

Dans l'ensemble, il n'y a pas eu de différence significative entre ceux qui ont indiqué avoir reçu un appel (62 %) et ceux qui ont indiqué ne pas en avoir reçu (60 %). Dans Brandon–Souris, les électeurs qui ont mentionné avoir reçu un appel ont été moins susceptibles d'être allés voter (54 %) que ceux qui n'ont pas indiqué avoir reçu un appel (68 %). Dans Toronto-Centre, la tendance contraire a été observée : ceux indiquant avoir reçu un appel ont été plus enclins à aller voter (83 %) comparativement à ceux qui n'ont pas reçu d'appel (62 %). Les résultats pour Brandon–Souris et Toronto ont été jugés statistiquement significatifs.

Seulement 5 % des électeurs ont indiqué avoir tenté de communiquer eux-mêmes avec Élections Canada. Cependant, ceux-ci ont été significativement plus susceptibles d'avoir voté que ceux qui ne l'ont pas indiqué. La plupart des électeurs qui ont appelé Élections Canada ont indiqué avoir reçu toute l'information dont ils avaient besoin (78 %), comparativement à des renseignements partiels (15 %) ou pas d'info du tout (7 %). En raison du faible nombre d'électeurs qui ont tenté de communiquer avec Élections Canada (5 % de tous ceux au courant des élections, n=82), les comparaisons entre circonscriptions et groupes sociodémographiques ne se sont pas avérées statistiquement significatives.

2.5 Carte d'information de l'électeur et inscription des électeurs

Avant la journée des élections partielles, la plupart des électeurs disaient avoir reçu une carte d'information de l'électeur (87 %). Les électeurs de Bourassa et de Brandon–Souris ont eu davantage tendance à se rappeler avoir reçu une carte d'information de l'électeur, et ceux de Toronto-Centre, le moins tendance à se rappeler (voir la figure 2.13 ci-dessous). Les électeurs qui ont voté ont été plus susceptibles de se rappeler avoir reçu la carte d'information de l'électeur (93 %) comparativement à ceux qui n'ont pas voté (77 %).

Figure 2.13 : Rappel de la carte d'information de l'électeur


La description du graphique « Figure 2.13 : Rappel de la carte d'information de l'électeur »

Base : Tous les électeurs qui savaient que des élections partielles seraient tenues.

Les taux de rappel de la réception de la carte d'information de l'électeur ont été les plus élevés chez les électeurs d'âge moyen (92 %) et plus âgés (93 %) que chez les jeunes (73 %), et chez les répondants à la retraite (93 %) ou ayant un emploi (82 %) que chez les électeurs au chômage (76 %) et les étudiants (68 %). Il a aussi été observé que les femmes ont eu plus tendance à se rappeler avoir reçu une carte d'information de l'électeur que les hommes (89 % contre 84 %). La réception de la carte d'information de l'électeur n'a pas varié de façon significative entre électeurs vivant dans différents types de logements (p. ex., maisons comparativement à appartements).

2.5.1 Exactitude de la carte d'information de l'électeur

Dans presque tous les cas, la carte d'information de l'électeur reçues portaient l'adresse (97 %) et le nom (96 %) exacts des électeurs. Aucune différence significative de l'exactitude n'a été observée parmi les groupes sociodémographiques.

2.5.2 Rappel du contenu de la carte d'information de l'électeur

La plupart des électeurs se sont seulement rappelé que la carte d'information de l'électeur comprenait de l'information sur l'endroit et le moment du vote (59 %), mais une proportion assez considérable d'électeurs se sont aussi souvenus de renseignements concernant le vote par anticipation (17 %), le numéro de leur bureau de scrutin (13 %) ou les exigences en matière d'identification (10 %). Fait intéressant, environ 3 % des répondants se sont rappelé y avoir vu des renseignements précis sur les candidats et les partis (quoique de tels renseignements ne figurent pas sur la carte d'information de l'électeur).

2.5.3 Mesures prises par les électeurs n'ayant pas reçu de carte d'information de l'électeur

Un électeur qui n'avait pas reçu de carte d'information de l'électeur a souvent omis de faire quoi que ce soit pour vérifier son inscription au vote (62 % des électeurs qui n'ont pas reçu une carte d'information de l'électeur). Ceux qui ont fait quelque chose pour vérifier leur inscription ont généralement appris l'état de leur inscription sur la liste électorale en allant au bureau de scrutin local ou en se présentant au bureau d'Élections Canada (67 %) ou ont composé le numéro indiqué sur la carte d'information de l'électeur de quelqu'und'autre (12 %). Les électeurs de Provencher ont été les plus enclins à poser un geste précis, alors que ceux de Bourassa ont été les moins susceptibles de passer à l'action. Au bout du compte, le déterminant clé de la décision d'agir ou non pour s'assurer d'être inscrit à la liste électorale fut le comportement de vote lui-même. Parmi les votants qui n'ont pas reçu de carte d'information de l'électeur, 4 sur 5 (80 %) ont pris une mesure précise pour veiller à s'inscrire. Parmi les non-votants, cependant, moins d'un sur 5 (14 %) a agi. Aucune tendance liée aux variables sociodémographiques n'a été relevée.


Note 2 En anglais, le slogan d'information est « Elections Canada, your source of voting information. »

Note 3 En anglais, le slogan choisir-son-monde est « Vote! Shape your world. »

Note 4 14 % des électeurs n'ont pas exprimé de préférence par rapport à l'un des deux slogans.

Note 5 Certains liens à l'âge semblent recouper des liens à la situation d'emploi. Par exemple, un quart des étudiants ont mentionné famille, amis ou parents, comparativement à seulement 7 % des électeurs ayant un emploi. Les retraités, de façon semblable, ont montré des tendances similaires ou plus marquées que celles observées chez les électeurs plus âgés.