Menu secondaire

Enquête auprès des candidats à la 41e élection générale fédérale

Utilisation et opinion des produits et services d'Élections Canada

Cette section présente les résultats obtenus aux questions concernant les produits et les services fournis aux candidats par Élections Canada durant l'élection.

Près de quatre candidats sur dix ont dit avoir personnellement assisté à la séance d'information des candidats

Près de quatre candidats sur dix ont assisté à la séance d'information des candidats organisée par le directeur du scrutin. Ils y ont assisté seuls (22 %) ou accompagnés d'un membre de leur équipe (15 %). Par contre, le quart des candidats (24 %) ont rapporté qu'aucun membre de leur équipe n'avait assisté à la rencontre et les autres ont dit y avoir envoyé un représentant : leur directeur de campagne (18 %), leur agent officiel (13 %), leur directeur de campagne et leur agent officiel (3 %) ou un autre membre de leur équipe (3 %).

Présence à la rencontre de tous les candidats

Description en texte du graphique « Présence à la rencontre de tous les candidats ».

Le taux de participation est demeuré élevé, 74 % des candidats disant avoir assisté à la rencontre en personne ou y avoir envoyé un membre de leur équipe (comparativement à 75 % en 2008). Ceci dit, un moins grand nombre de candidats ont rapporté avoir assisté personnellement à la rencontre en 2011 (37 % comparativement à 47 % en 2008).

Différences sociodémographiques

Comparativement à 37 % de l'ensemble des candidats, les membres des sous-groupes suivants étaient plus nombreux à rapporter avoir assisté personnellement à la séance d'information : les candidats de moins de 30 ans (31 %), les candidats dont il s'agissait de la première campagne (25 %), les hommes (24 %), les candidats non élus (23 %) ainsi que les candidats satisfaits de l'administration de l'élection (24 %), du travail de leur directeur du scrutin (24 %) et de la qualité du service d'Élections Canada (23 %).

La plupart des répondants ont trouvé utile la séance d'information des candidats

Quatre candidats sur cinq (81 %) ayant rapporté avoir assisté à la séance d'information ou y avoir envoyé un représentant (n=745) ont indiqué avoir trouvé celle-ci utile. Ceci dit, les candidats étaient beaucoup plus nombreux (53 %) à avoir trouvé la rencontre utile, sans plus (28 % l'ont trouvée très utile). Relativement peu de candidats ont dit ne pas avoir trouvé la rencontre utile (13 %), 11 % la qualifiant de peu utile et 2 %, d'aucunement utile.

Les opinions ont peu changé depuis 2008, alors que 83 % des répondants avaient qualifié d'utile la rencontre de tous les candidats.

Utilité de la rencontre de tous les candidats

Description en texte du graphique « Utilité de la rencontre de tous les candidats ».

Différences sociodémographiques

Les candidats anglophones étaient plus nombreux à avoir trouvé cette rencontre utile (87 % vs 70 % des candidats francophones), de même que ceux se disant satisfaits de l'administration de l'élection (87 %), du travail de leur directeur du scrutin (85 %) et de la qualité générale du service offert par Élections Canada (84 %).

Sources de renseignements les plus populaires : le bureau local d'EC et le site Web

Plusieurs candidats ou leurs représentants ont eu recours à au moins une des trois sources de renseignements prévues par Élections Canada durant l'élection. Plus de quatre candidats sur cinq ont dit s'être tournés vers le site Web d'Élections Canada (www.elections.ca) (84 %) ou vers le bureau local d'Élections Canada pour obtenir des renseignements (82 %). Beaucoup moins de candidats ont composé le numéro sans frais prévu à cette fin (42 %).

Le seul changement digne de mention depuis 2008 est le déclin constaté dans l'utilisation du numéro sans frais du service de soutien d'Élections Canada (42 % vs 48 % en 2008).

Sources de renseignements consultées durant l'élection

Description en texte du graphique « Sources de renseignements consultées durant l'élection ».

Différences sociodémographiques

Les candidats élus (90 % vs 81 % des candidats non élus) et ceux ayant assisté à la séance d'information des candidats (86 % vs 68 % de ceux n'ayant pas envoyé un représentant à la rencontre) étaient plus nombreux à s'être tournés vers le bureau local d'Élections Canada pour obtenir des renseignements. Les candidats de l'Ontario (87 %) étaient plus nombreux à se tourner vers le site Web d'Élections Canada que ceux du Québec (81 %). Le recours au site Web est inversement proportionnel à l'âge : de 81 % des candidats de 50 ans et plus à 90 % de ceux de moins de 30 ans. Les candidats satisfaits de l'administration générale de l'élection et de la qualité du service reçu d'Élections Canada étaient plus nombreux à affirmer avoir consulté le site Web (87 % et 86 % respectivement) et le bureau local d'Élections Canada (83 % et 84 % respectivement).

Les candidats ont indiqué avoir demandé divers genres de renseignements

Les candidats et leurs représentants ayant eu recours aux sources de renseignements prévues par Élections Canada (n=956) ont rapporté l'avoir fait pour diverses raisons. Le plus souvent, les candidats ont dit l'avoir fait pour obtenir des précisions ou des renseignements généraux (37 %). Les autres avaient demandé des renseignements sur l'emplacement des bureaux de vote (19 %) ou sur les procédures et les règlements électoraux (14 %) ou encore, des renseignements de nature financière (11 %).

Genres de renseignements recherchés

Description en texte du graphique « Genres de renseignements recherchés ».

Comparativement à 2008, un plus grand nombre de candidats ont dit avoir eu recours à ces sources de renseignements pour obtenir des précisions ou des renseignements généraux (37 % vs 12 % en 2008), des renseignements sur l'emplacement des bureaux de vote (19 % vs 6 % en 2008) et des renseignements sur les procédures et les règlements électoraux (14 % vs 7 %). Par contre, les candidats disant avoir voulu obtenir des précisions sur les dispositions de la Loi étaient moins nombreux en 2011 (4 % vs 10 % en 2008).

De nombreuses autres réponses ont été données par moins d'un candidat sur dix. Généralement, la plupart des demandes de renseignements s'inscrivent dans l'une ou l'autre des quatre grandes catégories suivantes :

Genres de renseignements demandés par les candidats (élection générale de 2011)

Renseignements à l'intention du candidat

  • Renseignements de nature financière (11 %)

  • Exigences concernant la mise en candidature (7 %)

  • Formulaires dans le site Web (7 %)

  • Processus de mise en candidature (4 %)

  • Plafonds de dépenses (3 %)

  • Publicité électorale (3 %)

Renseignements sur le scrutin

  • Emplacement du bureau de vote (19 %)

  • Inscription des électeurs (4 %)

  • Modes du scrutin (4 %)

  • Résultats du scrutin / dépouillement judiciaire (3 %)

  • Exigences en matière d'identification des électeurs / liste des pièces d'identité admises (3 %)

Renseignements sur le matériel électoral

  • Listes électorales (7 %)

  • Limites territoriales / plans de circonscriptions (7 %)

  • Disponibilité du matériel électoral (cartes, etc.) (3 %)

Renseignements généraux / explications

  • Explications / renseignements généraux (37 %)

  • Procédures / règlements électoraux (14 %)

  • Clarification des dispositions de la Loi (4 %)

  • Dates limites (3 %)

  • Coordonnées (3 %)

La plupart des candidats étaient satisfaits des renseignements obtenus

En tout, 83 % des candidats ayant eu recours aux sources de renseignements d'Élections Canada étaient satisfaits des renseignements qu'ils (ou leurs représentants) avaient obtenus; 45 % étaient même très satisfaits. Certains étaient ni satisfaits ni insatisfaits (10 %) et seulement 5 % des répondants ont exprimé de l'insatisfaction à ce chapitre.

Le taux de satisfaction a légèrement augmenté depuis 2008, alors que 79 % des candidats disaient être satisfaits des renseignements obtenus.

Satisfaction à l'égard des renseignments obtenus

Description en texte du graphique « Satisfaction à l'égard des renseignements obtenus ».

Différences sociodémographiques

Comparativement aux candidats de l'Ontario (81 %) et des Prairies (77 %), les candidats du Québec (88 %) semblaient plus satisfaits des renseignements obtenus d'Élections Canada. Les candidats se disant satisfaits des renseignements étaient aussi, généralement, satisfaits de l'administration de l'élection (89 %), de la qualité générale du service offert par Élections Canada (89 %) et du travail de leur directeur du scrutin (86 %).

La plupart des candidats se souvenaient de tous les documents qui leur avaient été envoyés

La majorité des candidats se souvenaient d'avoir reçu des documents de leur directeur du scrutin. La plupart des répondants se rappelaient avoir reçu les listes électorales (92 %), les formulaires d'autorisation concernant la nomination des représentants (85 %) et les Lignes directrices pour les représentants des candidats (84 %). Des majorités moins fortes mais tout de même considérables se rappelaient avoir reçu un exemplaire de la Loi électorale du Canada (74 %) et la trousse multimédia à l'intention des entités politiques fédérales (70 %).

Comparativement à 2008, le souvenir qu'avaient les candidats de la plupart des documents en question a très peu changé (variations d'un centile, tout au plus). Ceci dit, on note un déclin marqué dans le nombre de candidats se rappelant avoir reçu un exemplaire de la Loi électorale du Canada, passant de 81 % en 2008 à 74 % en 2011, et un nombre légèrement plus élevé disant se souvenir de la trousse multimédia (de 67 % en 2008 à 70 % en 2011).

Souvenir des documents envoyés aux candidats

Description en texte du graphique « Souvenir des documents envoyés aux candidats ».

Différences sociodémographiques

Les candidats du Québec étaient plus nombreux à se rappeler avoir reçu un exemplaire de la Loi électorale du Canada (82 %), la trousse multimédia à l'intention des entités politiques fédérales (77 %) et les listes électorales (96 %). De plus :

  • les candidats de moins de 30 ans étaient plus nombreux à se souvenir de la trousse multimédia (83 %);

  • les hommes étaient plus nombreux à se rappeler avoir reçu les Lignes directrices pour les représentants des candidats (86 %);

  • les candidats élus étaient plus susceptibles de se rappeler avoir reçu les listes électorales (96 %);

  • les candidats de 50 ans et plus étaient plus nombreux à se rappeler avoir reçu les formulaires d'autorisation (88 %).

Enfin, les candidats se rappelaient la plupart des documents surtout s'ils étaient satisfaits de l'administration de l'élection, du directeur du scrutin et d'Élections Canada et s'ils avaient assisté à la séance d'information des candidats (personnellement ou par l'entremise d'un membre de leur équipe).

Une forte minorité de candidats ont dit avoir utilisé la lettre du directeur général des élections pour faciliter l'accès aux lieux publicsFootnote 9

En tout, 45 % des candidats ont rapporté avoir utilisé la lettre signée par le directeur général des élections visant à faciliter l'accès aux lieux publics pour les candidats et leur équipe. Parmi les autres candidats, 49 % ont dit ne pas avoir utilisé cette lettre et 3 % ont spontanément répondu qu'ils n'étaient pas au courant de celle-ci.

Un plus grand nombre de candidats ont rapporté avoir utilisé la lettre signée par le directeur général des élections en 2011 (45 % vs 40 % en 2008).

Utilisation de la lettre du DGE

Description en texte du graphique « Utilisation de la lettre du DGE ».

Différences sociodémographiques

L'utilisation de la lettre signée par le directeur général des élections varie d'une région à l'autre. Comparativement aux candidats de l'Ontario (55 %) et de la Colombie-Britannique (49 %), ceux du Québec (37 %) et des Prairies (38 %) étaient moins nombreux à rapporter avoir eu recours à cette lettre durant la campagne.

Quatre candidats sur cinq ont utilisé les cartes des sections de vote, surtout la version papier

Quatre candidats sur cinq (81 %) ont rapporté avoir utilisé au moins l'une des deux versions des cartes des sections de vote : 47 % ont eu recours uniquement à la version papier, 25 % ont utilisé uniquement la version sur cédérom et 9 % ont utilisé les deux. Quinze pour cent des candidats n'ont pas eu recours aux cartes des sections de vote.

L'utilisation des cartes en format électronique a augmenté, passant de 28 % en 2008 à 34 % en 2011.

Cartes des sections de vote : format le plus utilisé

Description en texte du graphique « Cartes des sections de vote : format le plus utilisé ».

Différences sociodémographiques

L'utilisation de la version papier était plus courante chez les candidats de la région de l'Atlantique (60 %) et chez les hommes (49 %). Par ailleurs, les membres des sous-groupes suivants étaient plus nombreux à rapporter avoir utilisé le cédérom : les candidats du Québec (28 %), de la Colombie-Britannique (28 %) et de l'Ontario (27 %), ainsi que les candidats dont il s'agissait de la deuxième campagne (31 %), les candidats non élus (26 %) et les membres de partis représentés à la Cdc (26 %).

Certains ont eu recours à GéoExplore

Près du quart (23 %) des candidats ont rapporté avoir utilisé GéoExplore, un outil de cartographie en ligne mis à la disposition des candidats par Élections Canada. Toutefois, la majorité (61 %) des répondants ont dit ne pas l'avoir utilisé. Enfin, 7 % n'étaient pas au courant de cet outil.

La proportion des candidats ayant utilisé GéoExplore a légèrement augmenté depuis 2008, passant de 19 % à 23 %.

Utilisation de GéoExplore

Description en texte du graphique « Utilisation de GéoExplore ».

Différences sociodémographiques

L'utilisation de GéoExplore est proportionnelle à l'âge (de 17 % à 27 %) et plus élevée chez les candidats de la région de l'Atlantique (28 %), du Québec (27 %) et de l'Ontario (24 %), comparativement aux données obtenues dans les Prairies (15 %). L'utilisation est aussi plus grande chez les candidats ayant assisté à la rencontre de tous les candidats (26 % vs 13 % de ceux n'y ayant pas assisté).

Sept candidats sur dix intéressés à utiliser GéoExplore à l'avenir

Sept candidats sur dix (72 %) n'ayant pas eu recours à GéoExplore ou n'étant pas au courant de cet outil (n=775) se sont montrés intéressés à utiliser cet outil lors d'une prochaine élection; ces données indiquent une diminution depuis l'enquête de référence de 2008 (84 %). Un candidat sur dix n'avait pas l'intention d'utiliser cet outil à l'avenir et 1 % ont spontanément répondu ne pas avoir l'intention de présenter leur candidature à la prochaine élection (17 % étaient incertains ou n'ont pas répondu à la question).

Utilisation de GéoExplore

Description en texte du graphique « Utilisation envisagée de GéoExplore ».

Différences sociodémographiques

Le nombre de candidats ayant l'intention d'utiliser GéoExplore à l'avenir est inversement proportionnel à l'âge, allant de 69 % des candidats de 50 ans et plus à 79 % des candidats de moins de 30 ans. L'intérêt était aussi plus grand chez les candidats dont il s'agissait de la première ou de la deuxième campagne et chez les candidats non élus.

Une majorité de candidats ont eu recours aux listes électorales

Une majorité (64 %) de candidats ont rapporté avoir utilisé les diverses listes électorales fournies par Élections Canada (les listes préliminaires, les listes révisées et les listes officielles). Par contre, le tiers des répondants n'ont pas eu recours aux listes. Ces données indiquent une légère diminution dans l'utilisation des listes depuis 2008, alors que 68 % des candidats avaient dit avoir utilisé les listes électorales.

Utilisation envisagée de GéoExplore

Description en texte du graphique « Utilisation des listes électorales ».

Différences sociodémographiques

Comparativement aux candidats de la Colombie-Britannique (56 %), ceux de la région de l'Atlantique (72 %) et du Québec (67 %) étaient plus nombreux à avoir utilisé les listes électorales. Le nombre de candidats disant avoir eu recours aux diverses listes électorales est proportionnel à l'âge, allant de 48 % des répondants de moins de 30 ans à 67 % de ceux de 50 ans et plus. Leur nombre est aussi plus élevé chez les candidats élus (83 %), les membres de partis représentés à la Cdc (70 %) et chez ceux ayant assisté à la rencontre de tous les candidats (72 %).

Le plus souvent, les candidats ont utilisé les listes électorales à des fins d'identification des électeurs et de vérification

Les candidats qui ont utilisé les listes électorales (n=650) l'ont fait, le plus souvent, à des fins d'identification des électeurs et de vérification. Cette raison a été citée par 49 % des candidats, soit deux fois plus souvent que tout autre raison. Un nombre beaucoup moins grand ont dit avoir utilisé ces listes dans le cadre de la sollicitation porte-à-porte (21 %), à titre de référence ou de renseignements généraux (20 %) ou pour téléphoner aux électeurs afin de les encourager à voter et de leur offrir un moyen de transport (17 %). Onze pour cent des candidats ont dit l'avoir fait à des fins de couplage de données.

Listes électorales : types d'utilisations

Description en texte du graphique « Listes électorales : types d'utilisations ».

Toutes les autres utilisations n'ont été citées que par 3 % des candidats, tout au plus : communiquer avec les électeurs, localiser les électeurs leur accordant leur appui, envoyer du matériel aux électeurs, localiser les groupes ethniques et consulter les données sur les électeurs.

Différences sociodémographiques

Les candidats du Québec étaient plus nombreux qu'ailleurs à affirmer avoir utilisé les listes électorales à des fins d'identification des électeurs et de vérification (60 %).

La majorité des candidats ont trouvé pertinents les renseignements sur la qualité des listes électorales

La majorité (64 %) des candidats ont dit avoir trouvé pertinents les renseignements fournis par Élections Canada concernant la qualité du contenu des listes électorales préliminaires. Ceci dit, la majorité d'entre eux ont trouvé ces renseignements pertinents, sans plus (43 % vs 21 % les ayant trouvés très pertinents). Chez les autres répondants, un candidat sur dix a indiqué ne pas avoir trouvé ces renseignements pertinents et le quart n'ont pu se prononcer sur la question, se disant incertains (19 %) ou n'ayant pas reçu ces renseignements de la part de leur directeur du scrutin (5 %).

Les opinions ont peu changé depuis l'enquête de référence. En 2008, 61 % des candidats trouvaient les renseignements sur la qualité des listes au moins pertinents (comparativement à 64 % en 2011).

Pertinence des renseignements sur la qualité des listes préliminaires

Description en texte du graphique « Pertinence des renseignements sur la qualité des listes préliminaires ».

Différences sociodémographiques

Les hommes étaient plus nombreux que les femmes à trouver pertinents les renseignements sur la qualité des listes (67 % vs 60 %). Il en va de même des candidats se disant satisfaits de l'administration de l'élection (67 %) et de la qualité du service offert par Élections Canada (68 %), ainsi que de ceux ayant assisté à la rencontre de tous les candidats (67 %).

Une majorité de candidats étaient satisfaits de la qualité des listes électorales

Plus de la moitié des candidats interrogés (58 %) étaient satisfaits de la qualité générale des listes électorales fournies par Élections Canada. Toutefois, près du quart des répondants (23 %) étaient ni satisfaits ni insatisfaits et 6 % étaient insatisfaits de la qualité de ces listes. Le taux de satisfaction s'est légèrement amélioré, passant de 55 % en 2008 à 58 % en 2011.

Satisfaction à l'égard de la qualité générale des listes électorales

Description en texte du graphique « Satisfaction à l'égard de la qualité générale des listes électorales ».

Différences sociodémographiques

Les membres des sous-groupes suivants étaient plus nombreux à se dire satisfaits de la qualité des listes électorales : les candidats du Québec (70 %), ceux qui avaient assisté à la rencontre de tous les candidats (61 %), ainsi que les candidats satisfaits de l'administration de l'élection (64 %), du service offert par Élections Canada (64 %) et du travail du directeur du scrutin de leur circonscription (61 %).

La plupart des candidats ont dit avoir pris des mesures pour protéger les renseignements personnels contenus dans les listes électorales

La plupart des candidats (87 %) ont rapporté avoir pris des mesures pour protéger les renseignements personnels contenus dans les listes électorales qu'ils avaient reçues, tandis que 9 % ont indiqué que leur équipe n'avait pris aucune mesure à ce chapitre.

Le nombre de candidats disant avoir pris des mesures pour protéger les renseignements personnels est pratiquement le même qu'en 2008, alors que 86 % des répondants disaient l'avoir fait.

Prise de mesures visant à protéger les renseignements personnels contenus dans les listes électorales

Description en texte du graphique « Prise de mesures visant à protéger les renseignements personnels contenus dans les listes électorales ».

Différences sociodémographiques

Les candidats disant avoir pris des mesures pour protéger les renseignements personnels contenus dans les listes électorales étaient plus nombreux chez ceux qui en étaient à leur première ou deuxième campagne (88-89 % respectivement, comparativement à 81 % des candidats qui en étaient au moins à leur troisième campagne) et chez ceux qui avaient assisté à la rencontre de tous les candidats (89 %).

Diverses mesures prises pour protéger les renseignements personnels contenus dans les listes électorales

Les candidats ayant pris des mesures pour protéger les renseignements personnels contenus dans les listes électorales (n=874) ont surtout contrôlé l'accès à ces listes, en conservant ces listes en lieu sûr ou sous clé (46 %), en limitant l'accès au candidat, au directeur de campagne ou à l'agent officiel (34 %) ou en limitant l'accès en général (21 %), en donnant des directives sur leur utilisation (5 %) et en protégeant les listes informatiques à l'aide d'un mot de passe (2 %).

Mesures prises pour protéger les listes électorales

Description en texte du graphique « Mesures prises pour protéger les listes électorales ».

D'autres mesures se résumaient à la gestion des listes à la suite de l'élection : certains ont dit avoir détruit les listes après l'élection (28 %), retourné celles-ci au directeur du scrutin (3 %) et avoir établi des procédures pour la collecte des listes électorales (2 %).

Près de la moitié des candidats ont utilisé la « carte de bingo » et la majorité d'entre eux l'ont trouvée utile

Près de la moitié (49 %) des candidats interrogés ont dit avoir utilisé la « carte de bingo »Footnote 10. Il s'agit d'un déclin marqué depuis 2008, alors que 67 % disaient l'avoir utiliséeFootnote 11.

La majorité des utilisateurs de la « carte de bingo » (n=489) ont dit avoir trouvé cet outil très utile (42 %) ou plutôt utile (24 %). Les autres ont exprimé une opinion neutre (15 %) ou ont dit l'avoir trouvé aucunement utile (15 %).

Utilité de la << carte de bingo >>

Description en texte du graphique « Utilité de la « carte de bingo » »

Différences sociodémographiques

Ce sont surtout les candidats élus lors de l'élection générale de 2011 qui ont trouvé cet outil utile (81 %). Par ailleurs, comparativement aux candidats plus âgés, ceux de moins de 30 ans étaient moins nombreux à juger utile la « carte de bingo » (51 % vs 66-70 %).

Accessibilité

Le questionnaire de 2011 comportait un nombre considérablement plus élevé de questions concernant l'accessibilité des bureaux de vote.

Les candidats étaient plutôt satisfaits des affiches pour diriger les électeurs vers les bureaux de vote et de l'accessibilité de ceux-ci

Quatre candidats sur cinq étaient satisfaits du nombre d'affiches à l'intérieur du bâtiment indiquant aux électeurs où aller pour voter. Ensuite, près des deux tiers (65 %) des candidats étaient satisfaits du nombre d'affiches à l'extérieur du bâtiment indiquant aux électeurs où trouver l'entrée du centre du scrutin et la moitié étaient satisfaits du nombre d'affiches indiquant que le centre du scrutin disposait d'un accès plain-pied pour les fauteuils roulants. Les autres candidats ont dit être ni satisfaits ni insatisfaits ou ne pas se souvenir des affiches en question ou de l'accessibilité des bureaux de vote.

Relativement peu de candidats ont exprimé clairement une insatisfaction à l'égard des affiches : 11 % d'entre eux étaient insatisfaits du nombre d'affiches indiquant que le centre du scrutin disposait d'un accès plain-pied pour les fauteuils roulants, 10 % étaient insatisfaits du nombre d'affiches à l'extérieur du bâtiment indiquant aux électeurs où trouver l'entrée du centre du scrutin et 4 % étaient insatisfaits du nombre d'affiches à l'intérieur du bâtiment indiquant aux électeurs où aller pour voter.

Satisfaction à l'égard des affiches et de l'accessibilité des bureaux du scrutin

Description en texte du graphique « Satisfaction à l'égard des affiches et de l'accessibilité des bureaux de scrutin ».

Différences sociodémographiques

Les candidats les plus susceptibles d'être satisfaits des affiches et de l'accessibilité des bureaux de vote étaient ceux se disant satisfaits de l'administration de l'élection, du service offert par Élections Canada et du travail du directeur du scrutin de leur circonscription.


Note 9 Au moment de poser cette question aux candidats, il leur était précisé que : « Les prochaines questions vous concernent personnellement, mais aussi toute personne de votre équipe de campagne, si vous aviez une telle équipe ».

Note 10 Les répondants qui ont demandé des précisions sur la « carte de bingo » ont reçu les explications suivantes : « Il s'agit du nouveau formulaire utilisé pour inscrire le numéro d'identification des électeurs qui sont venus voter et qui a été transmis aux candidats, ou à leurs représentants, à intervalles réguliers ».

Note 11 Cet outil a été utilisé pour la première fois lors de l'élection générale fédérale de 2008.