Menu secondaire

Résultats du sondage effectué auprès des agents de relations communautaires à la suite de la 41e élection générale

Soumis à
Élections Canada

Préparé par
Léger Marketing

507, Place d'Armes, bureau 700
Montréal, Québec
G1R 2K2
Tél. : 514-982-2464
Téléc. : 514-987-1960
www.legermarketing.com

Contexte

Léger Marketing a été mandaté par Élections Canada pour lui fournir les résultats du sondage effectué auprès des agents de relations communautaires à la suite de la 41e élection générale, afin qu'Élections Canada les utilise comme outil pour évaluer le programme.

Le sondage consistait en un questionnaire en format papier que les ARC devaient remplir. Ce sondage a été élaboré, distribué et recueilli par Élections Canada. Sur un nombre possible de 863 questionnaires, 308 questionnaires ont été reçus et tabulés. Les résultats sont basés sur l'information recueillie à partir de ces questionnaires. Le nombre de réponses par question varie puisque tous les répondants n'ont pas répondu à chaque question.

Les moyennes générales, les niveaux de satisfaction, les facteurs d'accord et d'utilité sont présentés afin de déterminer ce qui a fonctionné et ce qui a échoué selon l'opinion des répondants. Dans la mesure du possible, les résultats de la 40e élection générale (2008) et de la 39e élection générale (2006) sont présentés à des fins de comparaison. Cependant, le questionnaire est très différent de ceux des années précédentes ce qui ne permet pas de faire une comparaison directe. Les fréquences détaillées se trouvent dans un document à part.

Résultats généraux

Le sondage a été complété en répartissant les ARC qui ont répondu au sondage en fonction des groupes cibles suivants : 43 % ARC-aînés, 33 % ARC-jeunes, 18 % ARC-autochtones, 16 % ARC-groupes ethnoculturels et 9 % ARC-sans abri.

La majorité des répondants pensaient que le programme des ARC était utile pour sensibiliser les gens à l'égard du processus électoral au sein de leur groupe cible.

En moyenne, les répondants ont travaillé 63 heures avant et pendant l'élection. Soixante-quinze pour cent des répondants ont indiqué n'avoir aucunement travaillé à titre d'agent de relations communautaires lors du jour du scrutin. Quarante-quatre pour cent des répondants ont travaillé dans un bureau normal de scrutin dans un autre poste que celui d'ARC. Vingt-trois pour cent des répondants ont travaillé dans un bureau de scrutin par anticipation.

Soixante-sept pour cent des personnes interrogées ont passé la plupart de leur temps sur le terrain, tandis que 26 % ont passé autant de temps sur le terrain qu'au bureau. Soixante-deux pour cent des répondants ont été supervisés par le directeur du scrutin et 27 % par le directeur adjoint du scrutin.

Vingt pour cent des répondants ont indiqué qu'ils ont eu des difficultés à remplir leur rôle à titre d'agent de relations communautaires.

Même si les répondants croyaient que le matériel lié à l'élection était à tout le moins quelque peu utile, les répondants étaient partagés quant à savoir si le matériel d'Élections Canada était très utile (46 %) ou plutôt utile (45 %).

Cinquante-six pour cent des répondants ne croient pas qu'un autre groupe au sein de leur circonscription aurait pu bénéficier de la présence d'un ARC. Les répondants ont suggéré plusieurs options pour améliorer le programme d'ARC. Une plus grande sensibilisation/davantage de publicité (14 %) et plus de temps pour établir une relation (15 %) sont les principaux aspects qui ont été suggérés pour améliorer le programme.

Quatre-vingts pour cent des répondants croyaient que la description de travail des ARC reflétait les tâches à accomplir. Quatre-vingt-sept pour cent des répondants étaient d'avis que le directeur du scrutin était clair pour ce qui est de communiquer les responsabilités des ARC lors du processus d'embauche initial.

Recrutement et formation des agents de relations communautaires

Les agents de relations communautaires qui ont répondu au sondage ont aidé à recruter 87 greffiers du scrutin, 73 scrutateurs, 18 jeunes, 48 préposés aux renseignements et 16 personnes âgées.

Quatre-vingt-sept pour cent des répondants n'ont pas participé à la formation d'autres membres du personnel.

Les répondants pensaient qu'avoir reçu la formation de scrutateur, de secrétaire de bureau de vote et/ou d'agent réviseur leur avait été utile.

Soixante-quatre pour cent des personnes interrogées ont indiqué que le matériel de formation des ARC était adéquat.

Cinquante-quatre pour cent des répondants étaient en accord ou fortement en accord à l'égard du fait que le salaire des ARC était suffisant.

Outils fournis aux agents de relations communautaires

Trente-cinq pour cent des répondants ont proposé la plupart des activités de rayonnement dans le cadre de leur plan d'action. Quarante-deux pour cent des répondants ont indiqué que les directeurs du scrutin ou les directeurs adjoints du scrutin et les ARC ont choisi les activités de rayonnement en collaboration.

Le plan d'action du rayonnement était un outil utile pour 74 % des répondants. Soixante-douze pour cent des répondants ont utilisé le plan d'action pour s'assurer qu'ils étaient sur la bonne voie avec leurs activités de rayonnement et 77 % des répondants ont mentionné que le plan d'action reflétait les activités entreprises durant l'élection.

Quatre-vingt-dix pour cent des répondants ont indiqué que le poste d'ARC a représenté une expérience positive.

Trois sections du guide destiné aux ARC étaient considérées comme étant particulièrement utiles : « Objectif du programme des ARC » (83 %), « Votre rôle » (81 %) et « Description de poste et énoncé de qualités » (79 %). Malgré le fait que toutes les notes ont diminué en 2011, la différence n'était pas statistiquement significative en comparaison à l'année 2008.

Des améliorations potentielles au Guide des ARC suggéraient que le guide soit davantage personnalisé pour les aînés (10 %), qu'il mette l'accent sur le plan d'action en matière de rayonnement (10 %) et qu'il offre de l'information plus claire (11 %).

Activités de sensibilisation

La plupart des kiosques d'information étaient installés dans les collèges et les universités, suivies par les centres commerciaux et les centres de ressources communautaires.

Les sessions d'information étaient plus fréquentes dans les résidences pour personnes âgées. Venaient ensuite les établissements de soins de longue durée, puis les collèges et les universités.

Dans le but d'entrer en contact avec les électeurs autochtones, des contacts ont été faits avec certains organismes, lesquels étaient principalement situés dans des réserves des Premières nations ou aux bureaux des conseils de bande.

Selon 66 % des répondants, le programme PAJA a été bien reçu au sein des communautés autochtones. Quarante-sept pour cent des répondants croyaient que le salaire était suffisant et un peu plus de la moitié d'entre eux sont d'avis qu'il était facile de recruter les gens pour combler les postes du PAJA.

Cinquante-six pour cent des répondants ont indiqué que le programme PAJA avait été mis en place au sein de leur circonscription. La plupart des ARC ont mentionné que le programme était davantage bénéfique pour les aînés autochtones.

Quatre-vingts pour cent des répondants étaient d'avis que les cartes d'information de l'électeur facilitaient le vote pour les électeurs autochtones. La brochure était claire et facile à comprendre. En effet, 76 % des répondants étaient en accord avec cet énoncé et 71 % des répondants étaient en accord à l'égard du fait qu'il s'agissait d'un outil de soutien utile.

Au sein de la communauté des jeunes, la majorité des contacts étaient établis dans les collèges et les universités, les écoles secondaires et les centres de loisirs. Quatre-vingt-neuf pour cent des répondants croyaient que ces contacts étaient pertinents pour le groupe cible des jeunes.

Soixante-quatorze pour cent des répondants considéraient que le contenu des cartes d'information destinées aux étudiants était approprié. Les kiosques (44 %) et les écoles (42 %) étaient les principaux endroits où les cartes d'information ont été distribuées et une variété d'endroits représentaient le reste des lieux où des cartes ont été distribuées.

Les répondants ont indiqué que les affiches (29 %) et les brochures (30 %) étaient les outils les plus utiles.

Quarante-huit pour cent des répondants ont émis des commentaires généralement positifs à l'égard du matériel. Dix-sept pour cent des répondants sont d'avis que les nouveaux produits promotionnels devraient être davantage attirants visuellement, 14 % des répondants croyaient qu'ils devraient être améliorés et 12 % ont noté qu'ils devraient comporter davantage d'information.

Soixante-douze pour cent des répondants pensaient que la carte d'information de l'électeur facilitait le vote pour les jeunes électeurs. Soixante-trois pour cent des répondants ont indiqué que les jeunes semblaient comprendre qu'ils pouvaient utiliser la carte d'information de l'électeur en tant que preuve de résidence et d'identité.

Au sein des communautés ethnoculturelles, les endroits les plus fréquents pour entrer en communication sont les centres de ressources communautaires, suivis des centres de loisirs. Quatre-vingt-quatorze pour cent des répondants croyaient que les contacts ethnoculturels étaient bénéfiques.

Les contacts avec les électeurs sans abri se sont produits dans les refuges et les foyers pour sans abri, les soupes populaires, les banques alimentaires et d'autres organismes d'hébergement. Selon 77 % des répondants qui ont œuvré au sein de ce groupe cible, ces contacts se sont avérés pertinents.

Les contacts avec les électeurs aînés ont été établis dans les établissements de soins de longue durée et dans les résidences de personnes âgées. Selon 96 % des répondants qui ont œuvré au sein de ce groupe cible, ces contacts étaient pertinents.

Soixante-quatorze pour cent des répondants ont mentionné que les personnes âgées semblaient comprendre qu'elles pouvaient utiliser la carte d'information de l'électeur en tant que preuve de résidence et d'identité. Les répondants indiquent que la brochure était claire et facile à comprendre. En effet, 86 % d'entre eux sont en accord avec cet énoncé et 76 % sont en accord avec le fait qu'il s'agissait d'un outil de soutien utile.

Profil de l'agent de relations communautaires

Les répondants au sondage représentaient un certain nombre de minorités visibles qui provenaient de l'Asie (36  %), des Premières nations (23 %) et des Indes orientales (21 %).

41e élection générale (n=47) 40e élection générale (n=51)
Chine/ Japon / Corée 36 % 19 %
Autochtone / Premières nations 23 % 19 %
Indes / Indes orientales 21 % 37 %
Nation métis 2 % 4 %
Afrique 9 % 2 %
Amérique du Sud / centrale 4 % 2 %
Europe de l'Est 2 % 2 %

Groupes autochtones

Quatre-vingt-deux pour cent des répondants ont mentionné qu'ils détenaient le statut d'Indien inscrit, 10 % de Métis, 5 % d'Inuit et 3 % ont mentionné un autre groupe. Comparativement à l'année 2008, seulement 67 % des répondants détenaient le statut d'Indien inscrit, 12 % de Métis, 5 % d'Inuit et 3 % ont coché la case « autre ».

Langues parlées

L'anglais (92 %), le français (42 %), l'espagnol (5 %), le cantonais (5 %) et le mandarin (4 %) sont les langues les plus fréquemment parlées par les répondants.

41e élection générale (n=283) 40e élection générale (n=219)
Anglais 92 % 89 %
Français 42 % 40 %
Espagnol 5 % 10 %
Cantonais 5 % 5 %
Mandarin 4 % 6 %
Hindi 2 % 5 %
Panjabi 2 % 5 %
Urdu 2 % 2 %
Arabe 1 % 2 %
Bengali 1 % 1 %
Cree 1 % 2 %
Créole 1 % 2 %
Allemand 1 % 1 %
Hollandais 1 % 0 %
Italien 1 % 1 %
Grec 1 % 0 %
Gujarati 1 % 3 %
Innu 1 % 0 %
MicMac / MigMag 1 % 2 %
Ojibwa 1 % 2 %
Farsi 1 % 0 %
Swahili 1 % 1 %
Ukrainien 1 % 1 %
Polonais 1 % 1 %
Japonais 0 % 1 %
Tagal/Pilipino 0 % 1 %
Russe 0 % 1 %
Autres 5 % 5 %

Personnes ayant des limitations fonctionnelles

Quatre répondants se sont décrits comme étant une personne avec des limitations fonctionnelles. Une personne a fait mention d'un handicap d'ordre mental, une autre personne a fait mention d'un handicap lié à la mobilité et les deux autres personnes n'ont pas précisé la nature de leur handicap.

Âge et sexe

Trente-cinq pour cent des ARC interrogés étaient des hommes, tandis que 65 % étaient des femmes. Dix-huit pour cent des répondants étaient âgés de 18 à 24 ans, 19 % des répondants étaient âgés de 25 à 44 ans et 42 % des répondants étaient âgés de 45 à 64 ans et 21 % des répondants étaient âgés de 65 ans et plus.