Menu secondaire

Sondage auprès des électeurs à la suite de la 41e élection générale

Accessibilité

Un nouveau volet du sondage de 2011 portait sur des questions entourant l'accessibilité des bureaux de vote. Ces enjeux font l'objet de la présente section.

Presque tous les répondants disent que le lieu du vote était accessible

En grande majorité (90 %), les électeurs ont signalé que le bâtiment où ils étaient allés voter était très accessible, tandis que presque tous les autres répondants (8 %) étaient d'avis qu'il était assez accessible. Les jeunes, dont l'avis était plus modéré quant à l'accessibilité du lieu de vote, se sont révélés moins susceptibles que les membres de la population en général d'estimer que le bâtiment où le vote avait lieu était très accessible (85 % c. 90 %). Ils étaient toutefois plus susceptibles de le qualifier d'assez accessible (14 % c. 8 %). Par ailleurs, de façon générale, les électeurs autochtones ont affiché des résultats comparables à ceux de la population en général en ce qui concerne l'accessibilité du lieu du vote.

Le faible nombre de répondants ayant indiqué que le bâtiment où ils avaient voté était peu ou pas du tout accessible (n = 38) ont évoqué les raisons suivantes : l'accessibilité physique (n = 14), le manque d'espaces de stationnement (n = 6), une signalisation imprécise (n = 5), les foules (n = 4), une difficulté à trouver la pièce dans l'édifice (n = 2), et le fait que le lieu choisi pour le vote ne soit pas approprié (n = 2).

Accessibilité perçue du bâtiment où le vote a eu lieu
La description texte du graphique « Accessibilité perçue du bâtiment où le vote a eu lieu »

Différences sociodémographiques

Les électeurs ayant un handicap se sont révélés légèrement moins susceptibles que les électeurs qui n'ont pas d'handicap d'indiquer que le bâtiment où ils avaient voté était très accessible ou assez accessible (96 % c. 99 %).

On observe une corrélation positive entre la probabilité d'indiquer que le lieu du vote était accessible et la probabilité de se dire satisfait du service global offert par Élections Canada. En effet, au nombre de ceux qui se sont dits très satisfaits du service offert par Élections Canada, 99 % étaient d'avis que le lieu du vote était très accessible ou assez accessible. D'autre part, au nombre de ceux qui n'étaient pas du tout satisfaits à l'égard du service d'Élections Canada, 82 % étaient d'avis que le bâtiment où ils avaient voté était très accessible ou assez accessible.

La plupart estiment qu'il y avait suffisamment d'affiches pour les diriger

Presque tous les électeurs (95 %) étaient d'avis qu'une fois à l'intérieur du bâtiment où ils devaient aller voter, il y avait suffisamment d'affiches pour leur indiquer où se diriger. Dans une plus faible proportion, qui constitue néanmoins une forte majorité (82 %), les répondants interrogés ont également signalé qu'il y avait suffisamment d'affiches à l'extérieur du bâtiment pour les aider à trouver l'entrée du bureau de vote. Il demeure que 12 % des électeurs étaient d'avis qu'il n'y avait pas suffisamment d'affiches à l'extérieur, tandis que 5 % n'avaient pas d'opinion à cet égard.

Perceptions à l'égard de la quantité d'affiches
La description texte du graphique « Perceptions à l'égard de la quantité d'affiches »

Différences sociodémographiques

En ce qui concerne la question de savoir s'il y avait suffisamment d'affiches pour diriger les électeurs à l'intérieur ou à l'extérieur des bureaux de vote, les résultats liés aux électeurs ayant un handicap ne diffèrent pas de façon statistiquement significative des résultats des électeurs qui n'ont pas d'handicap.

On observe une corrélation positive entre le point de vue à l'effet qu'il y avait suffisamment d'affiches pour diriger les électeurs à l'intérieur ou à l'extérieur du bâtiment et la satisfaction à l'égard du service offerts par le personnel d'Élections Canada dans l'ensemble. En effet, au nombre de ceux qui se sont dits très satisfaits à l'égard du service d'Élections Canada, 84 % des répondants ont signalé qu'il y avait suffisamment d'affiches à l'extérieur du bâtiment et 96 % des répondants ont signalé qu'il y en avait suffisamment à l'intérieur du bâtiment. Par contre, au nombre de ceux qui ne sont pas du tout satisfaits du service d'Élections Canada, seulement 60 % étaient d'avis qu'il y avait suffisamment d'affiches pour diriger les électeurs à l'extérieur du bâtiment, tandis que 47 % étaient d'avis qu'il y avait suffisamment d'affiches à l'intérieur du bâtiment.

La probabilité d'affirmer qu'il y avait suffisamment d'affiches à l'extérieur du bâtiment s'est révélée plus faible chez les étudiants (72 % c. 82 %-85 % des autres répondants) et chez les francophones (75 % c. 85 % des anglophones).

Le tiers des électeurs ont remarqué une affiches indiquant un accès de plain-pied

En majorité (55 %), les électeurs ne se souvenaient pas d'avoir vu une affiche indiquant que leur bureau de vote avait un accès de plain-pied pour les chaises roulantes. Environ un répondant sur dix (12 %) s'est dit incertain à ce sujet, tandis qu'un tiers seulement se souvenaient d'avoir vu cette affiche. Par ailleurs, au nombre de ceux qui se rappelaient avoir vu ces affiches, une forte majorité (94 %) ont indiqué qu'elles étaient au moins assez visibles. En particulier, 71 % des personnes interrogées ont estimé qu'elles étaient très visibles. Très peu de répondants (2 %) étaient d'avis qu'elles étaient peu visibles.

Souvenir et visibilité de l'affiche indiquant l'accès aux fauteuils roulants
La description texte du graphique « Souvenir et visibilité de l'affiche indiquant l'accès aux fauteuils roulants »

Les jeunes (39 %) et les Autochtones (40 %) se sont révélés plus susceptibles de se souvenir d'avoir vu des affiches indiquant un accès adapté pour les fauteuils roulants que les membres de la population en général (33 %). En revanche, les jeunes se rappelant les affiches se sont révélés moins enclins à les trouver très visibles (58 % c. 71 %), mais plus susceptibles de les considérer comme assez visibles (40 % c. 23 %).

Différences sociodémographiques

Au chapitre du souvenir des affiches indiquant un accès de plain-pied pour les fauteuils roulants, de même qu'au chapitre de l'évaluation de la visibilité de ces affiches, les résultats liés aux électeurs ayant un handicap ne diffèrent pas de façon statistiquement significative des résultats observés pour les électeurs qui n'ont pas d'handicap.

Les personnes résidant en région rurale se sont révélées plus susceptibles de se souvenir d'avoir vu une affiche indiquant un accès pour fauteuils roulants (dans une proportion de 38 % c. 31 % des résidents des zones urbaines).

Par ailleurs, la probabilité d'estimer que les affiches étaient très visibles s'est révélée plus élevée chez les répondants ayant fait tout au plus des études secondaires (77 % c. 59 %-70 % des répondants plus scolarisés) et chez les anglophones (73 % c. 63 % des francophones).

Aide du personnel électoral – principale forme d'aide nécessaire

Les électeurs sont très peu nombreux à avoir eu besoin d'une aide spéciale pour exprimer leur suffrage (1 %; n = 29). Près des trois quarts de ces répondants (73 %; n = 18) ont eu besoin d'aide de la part du personnel électoral. Au nombre des autres types d'aide, dont quatre personnes ou moins ont eu besoin, dans chaque cas, figurent de l'aide pour les personnes ayant une déficience visuelle, de l'aide de la famille ou d'amis, un gabarit pour marquer le bulletin de vote, des instructions pour se rendre au bureau de vote, et une aide physique.