Menu secondaire

Sondage auprès des électeurs à la suite de la 41e élection générale

Carte d'information de l'électeur et inscription

La présente section porte sur des enjeux liés à l'inscription des électeurs et à la carte d'information de l'électeur.

Souvenir répandu de la carte d'information de l'électeur

Au total, 91 % des répondants au courant de l'élection fédérale du 2 mai 2011 ont dit se souvenir d'avoir reçu une carte d'information de l'électeur qui leur était personnellement adressée et qui indiquait où et quand voter. Par ailleurs, dans une proportion de 8 %, les répondants interrogés à ce sujet ne se rappelaient pas avoir reçu cette carte.Souvenir de la carte d'information de l'électeur
La description texte du graphique « Souvenir de la carte d'information de l'électeur »

Les Autochtones et les jeunes se sont révélés moins susceptibles que la population en général de se rappeler avoir reçu une carte d'information de l'électeur. En effet, tandis que 84 % des Autochtones ont dit s'en rappeler, c'est seulement 70 % des jeunes qui se souvenaient d'avoir reçu la carte.

Différences sociodémographiques

Les groupes suivants se sont révélés les plus susceptibles de se souvenir d'avoir reçu la carte d'information de l'électeur :

  • Les électeurs qui sont titulaires d'un grade universitaire ou les électeurs ayant fait des études au collège communautaire (92 %-93 % c. 86 %-89 % des autres répondants).
  • Les francophones (95 % c. 90 % des anglophones).
  • Les électeurs qui sont à la maison à temps plein (95 %), de même que les électeurs qui ont un emploi (91 % c. 76 %-80 % des autres répondants).
  • Les électeurs que la politique intéresse (92 % c. 87 % de ceux que ça n'intéresse pas).
  • Les électeurs qui ont suivi la campagne électorale de près (93 % c. 88 % de ceux qui ne l'ont pas suivie de près).
  • Les électeurs ayant déclaré avoir voté lors de l'élection fédérale de 2011 (94 % c. 77 % des répondants affirmant ne pas avoir voté).

On observe une corrélation positive entre l'âge et la probabilité de se souvenir d'avoir reçu une carte d'information de l'électeur. C'est ainsi que 70 % des électeurs de moins de 25 ans se rappelaient avoir reçu la carte, comparativement à 91 % des répondants de 25 à 44 ans et à 96 % des répondants de 45 ans ou plus.

Par rapport aux résultats observés lors des élections générales de 2008 et de 2006, on dénote une légère augmentation en 2011 de la proportion de répondants se rappelant avoir reçu la carte d'information de l'électeur.Souvenir de la carte d'information de l'électeur (au fil du temps)
La description texte du graphique « Souvenir de la carte d'information de l'électeur (au fil du temps) »

En gros, au chapitre du souvenir de la carte d'information de l'électeur, il n'y a pas vraiment eu de changement chez les jeunes en 2011, comparativement à 2008 (70 % c. 69 %). Chez les Autochtones, on observe toutefois une augmentation plus importante en ce qui concerne le rappel de la carte (84 % c. 75 %).

Presque tous les répondants indiquent que les renseignements de la carte d'information de l'électeur étaient exacts

Pratiquement tous les répondants qui se souviennent d'avoir reçu une carte d'information de l'électeur ont indiqué que les renseignements y figurant étaient exacts. Plus particulièrement, 97 % des personnes interrogées à ce sujet ont confirmé que leur nom était bien écrit, et dans une proportion de 98 %, elles ont indiqué que leur adresse était exacte.

Au nombre des répondants précisant que leur carte d'information de l'électeur comprenait des renseignements inexacts (n = 113), 51 % ont affirmé avoir fait quelque chose pour faire corriger les erreurs.

Différences sociodémographiques

Les étudiants se sont révélés les moins susceptibles d'indiquer que leur nom était bien écrit sur la carte qu'ils ont reçue (91 % c. 97 %-99 % des autres répondants). Ils ne font toutefois pas état d'un moindre taux d'exactitude en ce qui concerne leur adresse.

Les Autochtones résidant à l'extérieur d'une réserve se sont révélés moins susceptibles que les Autochtones vivant dans une réserve d'indiquer que leur adresse était exacte (94 % c. 99 %).

Souvenir des renseignements de la carte d'information de l'électeur

Les répondants se souvenant d'avoir reçu une carte d'information de l'électeur (n = 3 146) devaient indiquer s'ils se souviennent aussi des renseignements figurant sur cette carte. L'élément d'information dont les répondants se sont le plus souvent souvenus, et de loin, est le lieu du vote (83 %). Sans contester ce résultat, il importe néanmoins de souligner que le souvenir de cet élément d'information pourrait avoir été favorisé par le libellé de la question adressée aux répondants, qui demandait s'ils ont reçu une carte d'information de l'électeur qui indiquait où et quand voter. Par ailleurs, en réponse à cette question, cet élément d'information a été signalé moins souvent par les jeunes (74 %) et par les Autochtones (70 %).

D'autre part, le tiers des répondants se souvenaient que la carte comprenait des renseignements au sujet de la date de l'élection, tandis que 28 % ont signalé de l'information au sujet des heures du vote. Au nombre des renseignements dont les répondants se souvenaient également assez régulièrement, figurent le nom et l'adresse (9 %), de même que de l'information s'attachant au fait que les électeurs doivent prouver leur identité et leur adresse pour voter (7 %). En plus faibles proportions (s'élevant tout au plus à 4 %), les répondants se souvenaient que la carte comprenait un numéro de téléphone, des renseignements sur le vote par anticipation, de l'information à l'effet que la carte ne peut pas servir de pièce d'identité au bureau de vote, et de l'information sur le vote en général. Dans la catégorie « Autre », figurent les éléments d'information suivants : un rappel du vote, de l'information sur le vote par la poste, sur le vote au bureau local d'Élections Canada, ou sur des règles électorale spéciales, l'adresse du site Web d'Élections Canada, et des renseignements sur ce qu'il faut faire si la carte contient des erreurs.

Dans une proportion d'un pour dix, les répondants interrogés ne se sont pas révélés en mesure de préciser des éléments d'information présentés sur la carte. Cette proportion est presque identique à celle enregistrée en 2008, lorsque 9 % des répondants ne se rappelaient d'aucune information contenue sur la carte d'information de l'électeur.

Souvenir des renseignements que contient la CIE
La description texte du graphique « Souvenir des renseignements que contient la CIE »

Différences sociodémographiques

Les groupes suivants se sont révélés les plus susceptibles de ne pas se rappeler l'information présentée sur la carte d'information de l'électeur :

  • Les électeurs ayant fait tout au plus des études secondaires (14 %), de même que les électeurs ayant fait des études universitaires partielles (13 % c. 6 %-9 % des autres répondants).
  • Les anglophones (11 % c. 6 % des francophones).
  • Les électeurs que la politique n'intéresse pas (20 % c. 8 % des électeurs que ça intéresse).
  • Les électeurs qui n'ont pas suivi la campagne de près (19 % c. 7 % de ceux qui l'ont suivie de près).
  • Les répondants affirmant ne pas avoir voté lors de l'élection de 2011 (28 % c. 7 % de ceux ayant indiqué avoir voté).

Plus d'un électeur sur six n'a pas pris de mesure pour confirmer son inscription

Les répondants qui ne se souvenaient pas d'avoir reçu la carte d'information de l'électeur (n = 330) devaient indiquer ce qu'ils avaient fait, le cas échéant, pour savoir s'ils étaient bien inscrits pour voter à cette élection. Dans la plus forte proportion, qui s'élève à six pour dix environ (63 %), les répondants interrogés ont dit n'avoir rien fait (34 %), avoir attendu au moment de voter (24 %) ou encore, avoir pris pour acquis qu'ils étaient inscrits (5 %). Au nombre de ceux qui ont pris des mesures à cet effet, 11 % ont composé le numéro sans frais d'Élections Canada, 9 % ont consulté le site Web d'Élections Canada, 6 % ont consulté leurs proches ou leurs amis et 3 % ont consulté des candidats ou des bureaux de partis. En faible proportion (2 %), les personnes interrogées à ce sujet ont signalé avoir informé l'agent réviseur qui était passé chez eux. Les résultats enregistrés suivent les tendances observées en 2008.

Au nombre des mesures réunies dans la catégorie « Autre », figurent des mesures pour tenter d'obtenir l'information dans un journal municipal, de même que des commentaires formulés par des gens précisant qu'ils n'étaient pas inscrits pour voter en raison d'un déménagement récent ou parce qu'ils avaient passé du temps à l'étranger.

Il convient de signaler que 4 % des personnes interrogées à ce sujet ont indiqué avoir composé le numéro de téléphone figurant sur la carte d'information de l'électeur même si ces répondants ne se souvenaient pas d'avoir reçu cette carte.

Mesures pour vérifier l'inscription
La description texte du graphique « Mesures pour vérifier l'inscription »

Différences sociodémographiques

Les répondants affirmant ne pas avoir voté lors de l'élection de 2011 se sont révélés plus susceptibles d'indiquer ne pas avoir pris de mesures particulières que les répondants disant avoir voté (67 % c. 14 %).