Menu secondaire

Faciliter la participation électorale des Premières Nations lors de la 42e élection générale fédérale

3. Constats et résultats

3.1 Activités de sensibilisation

3.1.1 Centre d'appels de l'APN

Nombre de Premières Nations jointes par téléphone

Des 1 122 appels faits par le personnel du centre d'appels de l'APN, 485 des 497 Premières Nations considérées prioritaires pour les activités de sensibilisation ont été contactées (soit 98 %). Cela signifie que 100 % (43 sur 43) des circonscriptions électorales prioritaires ont été jointes par téléphone.

Sur les 485 Premières Nations qu'il a appelées, le personnel de l'APN a établi un contact avec 430 (87 %) des communautés des Premières Nations considérées comme prioritaires pour les activités de sensibilisation.

Résultats des appels

Sur les 430 Premières Nations que le personnel de l'APN a contactées, 42 % « étaient très au courant » ou « au courant » des exigences d'identification de l'électeur pour la prochaine élection fédérale. Environ 31 % « étaient un peu au courant » alors que 19 % « n'étaient pas au courant du tout ». Environ 8 % des appelants « ne savaient pas ». (Voir la figure 3.1.)

Figure 3.1: Dans quelle mesure les appelants connaissaient-ils les exigences d'identification? (n = 430)

Dans quelle mesure les appelants connaissaient-ils les exigences d'identification?
Texte description

Interrogées concernant la lettre de confirmation de résidence, 33 % des Premières Nations étaient « très au courant » ou « au courant » des exigences relatives aux pièces d'identité pour l'élection fédérale à venir. Environ 26 % étaient « un peu au courant », alors que 37 % des appelants n'étaient « pas au courant du tout ». Environ 4 % des appelants « ne savaient pas ». (Voir la figure 3.2.)

Figure 3.2 : Dans quelle mesure les appelants étaient-ils au courant de la lettre de confirmation de résidence? (= 430)

Dans quelle mesure les appelants étaient-ils au courant de la lettre de confirmation de résidence?
Texte description

Lorsqu'on a demandé si la Première Nation voulait qu'un modèle de lettre de confirmation de résidence lui soit envoyé (généralement pas courriel ou parfois par télécopieur) dans le but d'imprimer des lettres individuelles, 82 % ont répondu « oui » et 18 % ont répondu « non ». (Voir la figure 3.3.)

Figure 3.3 : Est-ce que la Première Nation voulait recevoir un modèle de lettre de confirmation de résidence? (= 430)

81.6% des répondants ont répondu oui et 18.4% ont répondu non

Lorsqu'on a demandé si la Première Nation voulait aussi une autre version de la lettre de confirmation de résidence afin de pouvoir utiliser sa liste des membres de bande et la fusionner avec le modèle de lettre pour créer un lot de lettres, 70 % ont répondu « oui » et 30 % ont répondu « non ». (Voir la figure 3.4.)

Figure 3.4 : La Première Nation voulait-elle savoir comment utiliser le publipostage? (= 430)

69.7% des répondants ont répondu oui et 30.3% ont répondu non

Lorqu'on a offert des renseignements supplémentaires sur des sujets liés à l'EG fédérale, 59 % des Premières Nations ont répondu « oui » et 41 % ont répondu « non ». (Voir la figure 3.5.)

Figure 3.5 : étaient-elles intéressées à recevoir des renseignements supplémentaires? (= 430)

59.4% des répondants ont répondu oui et 40.6% ont répondu non

Lorsque les Premières Nations acceptaient de recevoir des renseignements supplémentaires, elles se voyaient offrir de l'information sur des sujets tels que : comment contacter un DS; la prestation de serment; savoir si elles figuraient sur la liste des organisations pouvant fournir une lettre de confirmation de résidence; des détails sur l'inscription et sur la façon de demander un bureau de scrutin dans leur communauté; s'il y avait des possibilités d'emploi (PAJA); des renseignements détaillés sur les bureaux de vote par anticipation. Plus de 40 % ont répondu vouloir recevoir toute l'information disponible alors qu'environ 5 % n'étaient pas intéressées à recevoir d'autres renseignements. (Voir la figure 3.6.)

Figure 3.6 : Quels types de renseignements supplémentaires étaient-elles intéressées à recevoir?

Quels types de renseignements supplémentaires étaient-elles intéressées à recevoir?
Texte description

Dans tous les cas où un courriel était envoyé à une Première Nation dans le cadre des activités du centre d'appels, le nom du DS de sa circonscription y était indiqué ainsi qu'un numéro sans frais et des renseignements sur la façon de joindre le DS.

Flot d'appels

La figure ci-dessous illustre le flot d'appels effectués par le personnel du centre d'appels. Il est à noter que plusieurs appels ont souvent été nécessaires pour joindre la personne appropriée au bureau de la bande concernée.

Au total, le centre d'appels comptait 18 employés de l'APN qui ont effectué 1 122 appels à 485 Premières Nations.

Sur les 1 122 appels effectués, 713 contacts téléphoniques ont eu lieu avec des personnes (soit dans 64 % des cas). Dans 36 % des cas (ou 409), aucun contact n'a pu être effectué avec une personne (message téléphonique, mauvais numéro, pas de réponse). (Voir la figure 3.7.)

Figure 3.7 : Organigramme des appels du centre d'appels

Organigramme des appels du centre d'appels
Texte description

Pour les 713 appels où un contact téléphonique a été établi, plus de 42 % (ou 302) des appelants avaient le temps de parler avec le personnel de l'APN. Près de 58 % (ou 411) n'en avaient pas le temps. (Voir la figure 3.8.)

Figure 3.8 : La personne avait-elle le temps de parler?

42.4% des répondants ont répondu oui et 57.6% ont répondu non

Pour les 411 appelants qui n'avaient pas le temps de parler, le personnel de l'APN a pu acheminer l'information par courriel à un membre des Premières Nations et « terminer l'appel » dans 66 cas (16 %). Dans 279 cas (68 %), le personnel a parlé à quelqu'un, mais il a fallu faire un autre appel pour établir la liaison avec la personne appropriée de la Première Nation responsable des activités électorales. (Voir le tableau 3.1.).

Pour les 302 appelants qui avaient le temps de parler, le personnel de l'APN a pu transmettre toute l'information et « terminer l'appel » dans 288 cas (95 %). Il a fallu rappeler plus tard dans environ 9 cas (3 %).

Tableau 3.1 : Situation des appels
Appel Oui Non
Appel terminé 95 % 16 %
Joint la bonne personne, mais conversation non terminée. 3 % 8 %
Pas de réponse. Je dois rappeler. 0 % 7 %
Quelqu'un a répondu, mais ce n'était pas la bonne personne. Je dois rappeler. 1 % 68 %
Autre 1 % 1 %

3.1.2 Distribution des produits d'Élections Canada

En plus des activités de communication à grande échelle, l'APN a distribué les produits d'EC lors de ses activités de sensibilisation en personne. Les produits ont été sélectionnés en fonction des messages prioritaires et des commentaires reçus des électeurs des Premières Nations. (Voir la figure 3.9.)

Figure 3.9 : Distribution des produits d'Élections Canada

Distribution des produits d'Élections Canada
Texte description

Outre le matériel d'EC, l'APN a préparé un certain nombre de produits qu'il a distribués lors des activités de sensibilisation. (Voir la figure 3.10.)

Figure 3.10 : Produits distribués lors des activités de sensibilisation

Produits distribués lors des activités de sensibilisation
Texte description

3.1.3 Sondages en ligne

Avant l'élection, l'APN a fait parvenir un questionnaire de sondage en ligne à ses communautés des Premières Nations et partenaires, aux fins de distribution. Au total, 78 participants ont répondu au sondage préélectoral.

Après l'élection, l'APN a fait parvenir un questionnaire de sondage en ligne à ses communautés des Premières Nations et partenaires aux fins de distribution. Au total, 306 participants ont répondu au sondage postélectoral.Note 17

Les questions portaient notamment sur la participation au vote, les expériences de vote ainsi que les difficultés et obstacles rencontrés – aux élections de 2015 et aux élections antérieures. Les données sont fournies à titre d'information et les résultats devraient être interprétés avec prudence compte tenu de la petite taille de l'échantillon, de l'aspect volontaire de la participation et de l'écart important du nombre de participants aux sondages préélectoral et postélectoral. De plus, le souvenir des expériences électorales antérieures était probablement estompé par le temps écoulé depuis les élections antérieures.

Participation au vote

La figure 3.11 compare la participation au vote avant la 42e EG et après celle-ci pour les électeurs des Premières Nations vivant dans les réserves et en dehors des réserves. Environ 83 % des électeurs des Premières Nations ont déclaré avoir voté dans une EG antérieure, comparativement à 93 % qui ont déclaré avoir voté à la 42e EG. L'écart de participation au vote était particulièrement marqué pour les citoyens des Premières Nations vivant dans une réserve (le taux est passé de 69 % à 90 %). Les sondages sont reconnus pour surestimer la participation au vote en raison de multiples facteurs, dont la désirabilité sociale et la distorsion engendrée par l'autosélection.

Chez les votants de la 42e EG, 65 % des électeurs vivant dans une réserve ont voté dans leur communauté des Premières Nations, tandis que 8 % des électeurs vivant hors d'une réserve ont voté dans leur communauté des Premières Nations.

Figure 3.11 : Participation au vote des citoyens des Premières Nations (autodéclarée dans les sondages en ligne)

Participation au vote des citoyens des Premières Nations (autodéclarée dans les sondages en ligne)
Texte description

Chez les répondants au sondage qui ont déclaré avoir voté à la 42e EG, 74 % ont indiqué avoir fait un parcours de 10 minutes ou moins en voiture comparativement à 67 % pour les élections fédérales antérieures. Environ 19 % des votants en 2015 avaient fait un parcours de 10 à 30 minutes pour aller voter, comparativement à 25 % pour les élections antérieures, alors que 7 % des votants en 2015 avaient fait un parcours de plus de 30 minutes, comparativement à 8 % aux élections antérieures. La diminution de la distance parcourue était plus marquée pour les votants des Premières Nations vivant hors d'une réserve. (Voir la figure 3.12.)

Figure 3.12 : Distance parcourue pour voter

Distance parcourue pour voter
Texte description

Identification

On a demandé aux votants des Premières Nations quelles pièces d'identité ils ont utilisées au moment du vote. Les figures 3.13 et 3.14 comparent les types de pièces d'identité utilisées par ceux-ci aux élections antérieures et à la 42e EG. Il est à noter que les participants pouvaient choisir plus d'une pièce d'identité dans la liste.

Les pièces d'identité utilisées étaient semblables aux élections antérieures et à la 42e EG. La plupart ont utilisé un permis de conduire (43 % aux élections antérieures et 47 % en 2015), suivi du certificat de statut d'Indien (24 % et 19 %), de la CIE (17 % et 17 %),Note 18 d'une facture de services publics (10 % et 7 %), et d'une carte d'identité provinciale ou territoriale (3 % et 4 %).

Lors de la 42e EG, 2 % des répondants ont déclaré utiliser comme pièce d'identité une lettre de confirmation de résidence, signée par un représentant de leur Première Nation. Environ 1 % ont eu recours à un répondant qui a prêté serment, alors que 3 % ont utilisé d'autres formes de pièces d'identité, comme un relevé de banque, un permis de port d'armes, un talon de paye ou un talon d'évaluation sociale.

Figure 3.13 : Type de pièces d'identité utilisées au moment du vote

Type de pièces d'identité utilisées au moment du vote
Texte description

Figure 3.14 : Type de pièces d'identité utilisées au moment du vote

Type de pièces d'identité utilisées au moment du vote
Texte description

Expériences de vote

On a demandé aux votants des Premières Nations de décrire leur expérience de vote lors des élections fédérales. Aux fins de comparaison, le sondage en ligne portait sur les expériences vécues à la 42e EG et lors d'élections fédérales antérieures.

L'expérience est un élément subjectif, et un grand nombre de facteurs peuvent jouer un rôle au moment de déterminer l'aspect positif, négatif ou neutre de l'expérience. Dans le sondage en ligne de l'APN, la connaissance des divers aspects du processus de vote a été considérée comme un indicateur utile pour déterminer l'expérience de vote des électeurs des Premières Nations. Comme il a déjà mentionné, plusieurs autres facteurs peuvent entrer en ligne de compte, mais comme le rôle principal d'EC et le but du projet étaient de renseigner les électeurs, la connaissance est l'indicateur qui a été retenu.

Les votants des Premières Nations ont été invités à classer leur niveau de connaissance de l'endroit et de la date du vote (figure 3.15) sur une échelle allant de « non renseigné », à « un peu renseigné » puis à « très renseigné ».

En ce qui concerne les élections fédérales antérieures, 41 % des répondants s'estimaient très renseignés et 10 %, non renseignés. à la 42e GE, 74 % des répondants s'estimaient très renseignés et 1 % s'estimaient non renseignés.

Figure 3.15 : Connaisssance de l'endroit et de la date du vote

Connaisssance de l'endroit et de la date du vote
Texte description

On a demandé aux répondants de classer le niveau de connaissance des différentes méthodes de vote lors d'élections fédérales antérieures et lors de la 42e EG (figure 3.16).

En ce qui concerne les élections fédérales antérieures, 85 % des répondants ont déclaré qu'ils étaient au moins un peu renseignés, et 39 %, très renseignés. En ce qui concerne la 42e EG, 93 % des répondants s'estimaient au moins un peu renseignés, et près de 60 %, très renseignés.

Si l'on compare les résultats concernant les élections antérieures à ceux de la 42e EG, l'écart entre les répondants s'estimant non renseignés du tout concernant les différentes méthodes de vote a chuté de 9 points de pourcentage, passant de 16 % à 7 %.

Figure 3.16 : Connaissance des différentes méthodes de vote

Connaissance des différentes méthodes de vote
Texte description

La figure 3.17 illustre le niveau de connaissance qu'avaient les répondants des campagnes d'information pour les électeurs menées par EC lors d'élections fédérales antérieures et le compare à celui de la 42e EG.

En ce qui concerne les élections antérieures, 74 % des répondants déclarent qu'ils étaient soit un peu renseignés, soit très renseignés sur les campagnes d'information pour les électeurs menées par EC. Pour ce qui est de la 42e EG, la proportion grimpe à 90 % des répondants, et on enregistre une hausse de 10 % des répondants s'estimant très renseignés sur les campagnes d'information menées par EC.

Figure 3.17 : Connaissance des campagnes d'information d'Élections Canada

Connaissance des campagnes d'information d'Élections Canada
Texte description

En plus de classer leur niveau de connaissance des campagnes d'information pour les électeurs menées par EC, les répondants ont été invités à classer leur niveau de connaissance des campagnes d'information pour les électeurs menées par l'APN lors des élections fédérales antérieures et lors de la 42e EG.

La figure 3.18 indique que 58 % des électeurs n'étaient pas renseignés sur les campagnes d'information menées par l'APN lors des élections fédérales antérieures. Ce nombre chute de 23 points de pourcentage pour passer à 35 % à la 42e EG. à l'inverse, seulement 4 % des répondants étaient très renseignés sur les campagnes d'information de l'APN dans le passé, alors que 25 % étaient très renseignés sur ces campagnes lors de la 42e EG.

Figure 3.18 : Connaissance des campagnes d'information pour les électeurs menées par l'APN

Connaissance des campagnes d'information pour les électeurs menées par l'APN
Texte description

Le dernier facteur déterminant de l'expérience de vote utilisé dans le sondage était la simplicité du vote. On a demandé aux répondants de classer le niveau de simplicité du processus de vote lors des élections fédérales antérieures et lors de la 42e EG.

Lors des élections fédérales antérieures, 91 % des répondants indiquent qu'ils avaient trouvé le processus du vote soit « assez simple », soit « très simple ». Pour la 42e EG, ce pourcentage a augmenté à 97 % (ce qui peut être attribuable aux changements apportés au processus, à des communications plus efficaces ou à ces deux facteurs). Le nombre de répondants ayant trouvé le processus « assez simple » lors des élections antérieures a diminué, passant de 39 % à 17 % pour la 42e EG, alors que le nombre de ceux qui estimaient le processus « très simple » a augmenté pour passer de 52 % à 80 %. (Voir la figure 3.19.)

Figure 3.19 : Jusqu'à quel point le processus de vote était-il simple?

Jusqu'à quel point le processus de vote était-il simple?
Texte description

Obstacles au vote

Les obstacles au vote pour les électeurs des Premières Nations étaient le dernier élément mesuré dans le sondage en ligne de l'APN.

On a demandé aux répondants de sélectionner, à partir d'une liste d'obstacles, ceux qu'ils avaient rencontrés lors d'élections fédérales précédentes et lors de la 42e EG.

La figure 3.20 indique qu'au cours des élections fédérales antérieures, l'obstacle signalé le plus fréquemment était le manque d'information (23 %), suivi du manque de connaissance de la politique fédérale (16 %) et de la date de l'élection (13 %). La pertinence et l'importance des élections fédérales pour les électeurs des Premières Nations ont été signalées comme un obstacle par 24 % des répondants. Les exigences d'identification étaient considérées comme un obstacle au vote par 7 % de l'électorat.

La figure 3.21 illustre les obstacles au vote lors de la 42e EG, alors que 21 % des répondants ont sélectionné les exigences d'identification comme étant un obstacle, ce qui représente une hausse de 14 points de pourcentage par rapport aux élections antérieures. La connaissance de la politique fédérale a été perçue comme un obstacle par le même pourcentage (16 %) de répondants, alors que le manque d'information a été signalé par 15 % des répondants, soit une baisse de 8 points de pourcentage par rapport aux élections antérieures.

Figure 3.20 : Obstacles au vote lors d'élections antérieures (=70)

Obstacles au vote lors d'élections antérieures
Texte description

Figure 3.21 : Obstacles au vote lors de l'élection de 2015 (= 272)

Obstacles au vote lors de l'élection de 2015
Texte description


Note 17 Si l'on tient compte uniquement des électeurs des Premières Nations, le nombre était de 71 pour le sondage préélectoral, et de 292 pour le sondage postélectoral.

Note 18 Dans les sondages postélectoraux, les électeurs déclarent parfois qu'ils ont apporté leur CIE comme pièce d'identité. La CIE n'était pas acceptée comme preuve de résidence à l'élection de 2015, mais les électeurs étaient invités à l'apporter.