Menu secondaire

Sondage d'opinion à la suite de l'élection partielle du 19 mars 2012 dans la circonscription de Toronto–Danforth (Ontario)

Le vote lors de l'élection partielle

La présente section s'attache aux enjeux liés au vote lors de l'élection partielle du 19 mars 2012.

Une forte majorité de répondants affirment avoir voté

C'est dans une proportion de quatre pour cinq (80 %) que les répondants affirment avoir voté lors de l'élection partielle du 19 marsnote 7. Par ailleurs, le cinquième (20 %) des personnes interrogées disent ne pas avoir voté lors de cette élection.


Description du graphique « Participation à l'élection partielle »

Différences sociodémographiques

La probabilité d'avoir voté lors de l'élection partielle augmente avec l'âge, passant de 56 %, chez les répondants de 18 à 24 ans, à 85 %, chez les répondants de 65 ans ou plus. En outre, les membres des groupes suivants se sont révélés plus enclins à affirmer avoir voté lors de l'élection partielle : les électeurs nés au Canada (83 % c. 72 % des électeurs nés à l'étranger), les répondants détenant un grade universitaire (83 % c. 73 % des électeurs ayant fait des études de niveau collégial), ainsi que les répondants dont le revenu du ménage s'établit à au moins 100 000 $ (84 % c. 70 % des répondants qui gagnent moins de 40 000 $ par année).

Un plus haut pourcentage d'électeur affirme avoir voté en 2011

Nous avons demandé aux électeurs s'ils avaient voté lors de la précédente élection générale, qui s'est déroulée en 2011. Une comparaison des deux élections, qui se fonde sur le même échantillon d'électeurs à Toronto–Danforth, révèle que le taux de participation signalé par les intéressés est plus élevé pour l'élection générale de 2011 (87 %) que pour l'élection partielle (80 %).

Participation à l'élection fédérale du 2 mai 2011
Description du graphique « Participation à l'élection fédérale du 2 mai 2011 »

Un devoir, suivi d'une habitude – les principales raisons de voter

Les répondants disant avoir voté lors de l'élection partielle (n=613) devaient préciser la principale raison pour expliquer ce geste. En réponse à cette question, ce sont les raisons non politiques qui ont été signalées le plus souvent, dont particulièrement le devoir de voter (45 %) et l'habitude de le faire (25 %). Les autres raisons invoquées sont de nature plus politique, y compris l'appui d'un parti (10 %) ou d'un candidat (9 %) en particulier ou encore, la participation au processus politique (5 %).

Principale raison de voter lors de l'élection partielle
Description du graphique « Principale raison de voter lors de l'élection partielle »

Différences sociodémographiques

Les électeurs dont le revenu du ménage s'établit à au moins 100 000 $ se sont révélés plus susceptibles de voter par devoir (dans une proportion de 49 % c. 29 % des répondants dont le revenu du ménage s'établit entre 40 000 $ et 60 000 $ et 38 % de ceux qui gagnent moins de 40 000 $). Pour leur part, les répondants nés au Canada se sont révélés plus susceptibles que les répondants nés à l'étranger d'avoir voté par habitude (27 % c. 18 %).

Les enjeux du quotidien : principales raisons pour lesquelles des répondants n'ont pas voté

En majorité (66 %), les répondants affirmant ne pas être parvenus à voter lors de l'élection partielle (n=107) ont invoqué des raisons liées à la vie quotidienne pour expliquer pourquoi ils ne l'ont pas fait. Dans les faits, ce type de raisons a été signalé près de deux fois plus souvent que tout autre type de raisons.

Principales raisons pour expliquer la non-participation
Description du graphique « Principales raisons pour expliquer la non-participation »

Par ailleurs, 35 % des répondants interrogés à ce sujet font état de raisons politiques, tandis que 5 % signalent des enjeux liés au processus électoral (dans une proportion de 3 %, les répondants invoquent d'autres raisons)note 8. En général, il appert que ces résultats sont plutôt semblables à ceux observés suite à l'élection générale de 2011.

Vous trouverez ci-dessous les enjeux réunis dans chacune des trois grandes catégories :
Enjeux du quotidiennote 9
Trop occupé(e) 19 %
Déplacements 18 %
Santé/blessure/maladie 11 %
Obligations familiales 8 %
Travail 7 %
En cours de déménagement/changement d'adresse 6 %
Manque d'information 5 %
Oubli 4 %
Problèmes de transport 1 %
Enjeux politiques
Manque d'intérêt/apathie 13 %
Raisons liées aux candidats/indécision quant au/à la candidat(e) à appuyer 11 %
Absence de sens du vote 8 %
Raisons liées aux partis politiques 3 %
Cynisme 3 %
Faute de réelle concurrence / ne croyait pas que ça changerait quelque chose 1 %
Raisons liées aux politiciens (en général) <1%
Raisons liées au gouvernement <1%
Enjeux liés au processus électoral
Manque d'information au sujet du processus de vote (p. ex. quand/où voter) 2 %
Problèmes d'accès aux bureau de scrutin 2 %
Problèmes d'inscription 1 %
Faute de documents pour prouver l'identité au moment du vote <1%
Les bureaux de scrutin sont situés trop loin de la maison <1%

Suggestions pour encourager le vote chez les personnes n'ayant pas voté

Les répondants qui ont signalé ne pas avoir voté lors de l'élection partielle (n=107) devaient aussi définir ce qui pourrait être fait, selon eux, pour les encourager à voter lors de la prochaine élection fédérale, le cas échéant. En réponse à cette question, 30 % des personnes interrogées n'ont pas formulé de suggestion, tandis que 21 % des répondants signalent que rien ne pourrait les encourager à voter. Par ailleurs, au nombre des commentaires formulés au sujet de la question de fond, la principale suggestion que signalent 25 % des répondants s'attache à la possibilité de voter en ligne. À cet effet, il convient de souligner que cette suggestion se fonde sur l'avis de 24 répondants seulement. En guise de référence, 14 % des électeurs canadiens ont formulé cette suggestion suite à l'élection générale de 2011 (n=69). Toutes les autres suggestions formulées ont été présentées dans des proportions inférieures à un dixième des électeurs interrogés.

Suggestions pour encourager le vote chez les personnes n'ayant pas voté
Description du graphique « Suggestions pour encourager le vote chez les personnes n'ayant pas voté »

La plupart des personnes n'ayant pas voté affirment qu'elles l'auraient fait sur Internet

Lorsque nous avons demandé directement aux personnes n'ayant pas voté si elles auraient voté s'il était possible de le faire au moyen d'Internet, à partir du site Web d'Élections Canada, c'est plus des deux tiers (68 %) qui ont indiqué qu'elles auraient voté de cette façon.

Intérêt pour le vote en ligne sur le site Web d'EC
Description du graphique « Intérêt pour le vote en ligne sur le site Web d'EC »


Note 7 Le taux officiel de participation électorale à l'élection partielle s'est établi à 43 %. Par conséquent, dans l'interprétation de ce résultat, il importe de tenir compte de ce qui suit : 1) les gens qui ne votent pas sont plus susceptibles de refuser de participer à des sondages au sujet d'élections; 2) le facteur de désirabilité sociale peut entraîner une surdéclaration du comportement de vote.

Note 8 Parce que les répondants pouvaient donner plusieurs réponses, le total des pourcentages présentés dans le graphique dépasse 100 %.

Note 9 Les totaux des pourcentages s'attachant aux divers éléments pourraient ne pas correspondre aux totaux des grandes catégories figurant dans le précédent graphique pour les raisons suivantes : 1) l'arrondissement; 2) la présentation d'enjeux signalés par un très faible nombre de répondants (< 1 %); et 3) les répondants ayant signalé plus d'une raison s'inscrivant dans la même catégorie ne comptent qu'une fois dans la présentation des résultats globaux.