Menu secondaire

Participation électorale des Autochtones au Canada

Introduction

Au Canada, la situation des Autochtones n'est pas en tous points égale à celle des non-Autochtones, et c'est une réalité qui persiste1. Les Autochtones accusent du retard par rapport aux Canadiens non autochtones sur de nombreux plans : ils ont notamment un revenu moyen moins élevé et affichent des taux de mortalité infantile et de suicide plus élevés. Reconnaître cette réalité n'équivaut pas à nier que des progrès ont été accomplis ni qu'il est possible d'atteindre une plus grande égalité entre les Autochtones et les non-Autochtones. La participation électorale des Autochtones est par ailleurs plus faible que celle des autres Canadiens. On devrait trouver inquiétant que les citoyens ayant peut-être les besoins les plus criants soient moins susceptibles de saisir des occasions démocratiques pour exercer une influence.

La vitalité des systèmes démocratiques dépend de la participation électorale des citoyens, et on considère que la diminution du taux de participation électorale dans de nombreux pays est attribuable à un malaise démocratique croissant. La participation globale des Canadiens aux scrutins a fait l'objet d'études approfondies. Le faible taux de participation affiché par différents segments de la population a aussi commencé à être étudié. On accorde notamment une attention de plus en plus grande à la participation des jeunes. Cependant, on ne comprend pas très bien la participation des Autochtones, particulièrement les Autochtones vivant en dehors des réserves, en grande partie parce que, dans le cadre de sondages, peu d'électeurs autochtones font partie des groupes d'échantillons représentatifs de la population canadienne. Par exemple, dans le vaste échantillon de quelque 4 000 répondants de l'Étude électorale canadienne, on ne compte que quelques douzaines d'Autochtones.

Le présent rapport se fonde sur des sources de renseignements encore inexploitées et cherche à nous permettre de mieux comprendre la question de la participation électorale des Autochtones au Canada. Depuis 2004, après chaque élection fédérale, Élections Canada mène un sondage comprenant un suréchantillon de plus de 500 électeurs autochtones, dont la moitié vit dans des réserves et l'autre moitié en dehors de celles-ci. Ces sondages constituent une excellente façon de faire la lumière sur les facteurs influant sur la participation électorale des Autochtones et de trouver des moyens d'encourager les Autochtones à voter. Nous nous sommes appuyés sur les sondages de 2004, de 2006, de 2008 et de 2011 pour répondre aux cinq questions suivantes :

  1. Selon les sondages effectués par le passé, quels facteurs influent sur la participation électorale de façon générale? Ces facteurs sont-ils différents pour les Autochtones?
  2. Selon les données recueillies par Élections Canada, quels sont les principaux facteurs influant sur la participation électorale des Autochtones?
  3. Quels facteurs influent sur l'inscription des électeurs autochtones?
  4. Quels facteurs influent sur les ressources politiques et le sens du devoir civique des Autochtones?
  5. Que peut faire Élections Canada pour accroître le taux de participation des Autochtones?

Notre rapport commence par un examen des données actuelles sur la participation électorale en général et se poursuit avec un examen des données sur la participation électorale des Autochtones. Bien que peu d'études se soient penchées sur la participation de ces derniers, nous nous posons une question importante, soit celle de savoir si les facteurs influant sur la participation électorale des Autochtones sont bien différents de ceux influant sur la participation des non-Autochtones. Dans les analyses qui suivent, nous établissons que les facteurs influant sur la participation des non-Autochtones sont les mêmes pour les Autochtones, tant ceux vivant dans les réserves que ceux vivant en dehors de celles-ci. Ensuite, nous montrons que les facteurs influant sur l'inscription sont essentiellement les mêmes que ceux influant sur la participation électorale. L'une de nos recommandations stratégiques tient compte des implications de cette constatation. Nous nous penchons ensuite brièvement sur les facteurs qui influencent le plus la participation électorale des Autochtones : la disponibilité des ressources politiques et le sens du devoir civique. À la fin du rapport, nous formulons des recommandations stratégiques visant à accroître le taux de participation des Autochtones.


1 Dans le rapport, nous utilisons le terme « Autochtones » pour désigner les membres des Premières Nations, les Métis et les Inuits.