Menu secondaire

Estimation du taux de participation par groupe d'âge et par sexe à l'élection générale fédérale de 2011

Annexe : Méthodologie

La présente étude visait à estimer le taux de participation électorale de différents groupes démographiques d'intérêt définis par province ou territoire, par l'âge et par le sexe.

Définition du taux de participation électorale

Le calcul du taux de participation officiel que publie le directeur général des élections du Canada s'effectue avec, comme dénominateur, le nombre d'électeurs inscrits plutôt que la taille de l'électorat. Pour au moins trois raisons, cette méthode crée de la distorsion, particulièrement lors de la ventilation des résultats par âge ou l'établissement de comparaisons sur une période de temps.

  1. Les électeurs des groupes d'âge les plus jeunes sont moins susceptibles de s'inscrire pour voter, et ce, pour diverses raisons, notamment le manque d'intérêt ou d'initiative et un taux de mobilité élevé.
  2. La couverture de la liste électorale (le pourcentage d'électeurs admissibles qui y figurent) change avec le temps, notamment en raison de nombreux facteurs liés aux activités de mise à jour. Si le calcul du taux de participation repose sur ce nombre d'électeurs, ces facteurs auront une incidence sur la mesure de l'évolution de la participation dans la durée. Ce problème s'aggrave si l'on ventile le taux de participation par groupe d'âge, car la couverture peut varier considérablement d'un groupe à l'autre au fil du temps. Par exemple, une diminution apparente de la participation électorale des jeunes peut être partiellement attribuable aux efforts d'Élections Canada pour accroître le nombre de jeunes inscrits sur la liste.
  3. Beaucoup d'électeurs ne s'inscrivent qu'au moment de voter. Par conséquent, les personnes qui ne votent pas sont quelque peu sous-représentées sur la liste électorale, ce qui accroît artificiellement le taux de participation. Ce problème aussi s'aggrave à la ventilation du taux par groupe d'âge, puisque les plus jeunes sont aussi les plus susceptibles de s'inscrire au moment de voter.

Aux fins de la présente étude, le taux de participation se définit simplement comme le nombre de votes exprimés divisé par le nombre de Canadiens ayant le droit de voter. Ce dénominateur provient des estimations de la population fournies par Statistique Canada et ajustées pour qu'elles ne comprennent que les citoyens ayant 18 ans ou plus le jour du scrutin (le 2 mai 2011). Pour obtenir le numérateur, il faut savoir qui a voté et à quel groupe ils appartiennent. Un échantillon d'électeurs a permis de produire un numérateur estimatif pour chaque groupe démographique d'intérêt.

Électorat

La taille de l'électorat dans un groupe démographique donné sert de dénominateur pour calculer l'estimation du taux de participation. On l'obtient en retirant du recensement de 2006 de Statistique Canada les non-citoyens et les mineurs, qui n'ont pas la qualité d'électeur, et en apportant certains ajustements pour tenir compte de la croissance de la population entre le recensement et le jour du scrutin, à l'aide des données démographiques de Statistique Canada et de Citoyenneté et Immigration Canada. Les estimations de l'électorat qui ont servi à la présente étude se trouvent sur le site Web d'Élections Canada à www.elections.ca/res/rec/part/estim/41st_GE_turnout_f.xlsx.

Définition des groupes d'âge

Aux fins de la présente étude, et en date du jour du scrutin, huit groupes d'âge ont été formés, comme pour les études précédentes. Ces groupes ont été définis comme suit :

Tableau 2 : Définition des groupes d'âge (élection générale fédérale de 2011)
Groupe d'âge Du Au
1re fois 15 octobre 1990 2 mai 1993
2e fois et plus 3 mai 1986 14 octobre 1990
de 25 à 34 ans 3 mai 1976 2 mai 1986
de 35 à 44 ans 3 mai 1966 2 mai 1976
de 45 à 54 ans 3 mai 1956 2 mai 1966
de 55 à 64 ans 3 mai 1946 2 mai 1956
de 65 à 74 ans 3 mai 1936 2 mai 1946
75 ans et plus - 2 mai 1936

Les jeunes de 18 à 24 ans ont été séparés en deux groupes : ceux qui étaient admissibles au vote pour la première fois à l'élection générale fédérale de 2011 et ceux qui avaient déjà été admissibles au vote à l'élection générale fédérale de 2008.

Échantillonnage

Élections Canada conserve des dossiers administratifs contenant l'adresse, la date de naissance et le sexe de tous ceux qui figurent sur la liste électorale définitive. Ils ne précisent pas quels électeurs ont voté, sauf en certaines circonstances. Les données administratives peuvent servir à déterminer ceux qui ont voté par anticipation, par bulletin de vote spécial ou qui se sont inscrits pour voter le jour du scrutin. Par contre, seules les listes électorales sur lesquelles les préposés des bureaux de scrutin biffent les noms des électeurs peuvent servir à retracer ceux qui ont voté le jour du scrutin et qui se sont inscrits au préalable.

À l'heure actuelle, l'information figurant sur ces listes n'existe pas sous forme électronique. La cueillette des listes aux bureaux de scrutin après l'élection et la saisie des données entraîneraient des coûts et des délais prohibitifs. Les listes ont plutôt été recueillies auprès d'un échantillon aléatoire relativement modeste de 1 800 bureaux de scrutin. Après saisie de l'information requise, il a été possible de produire une estimation, par groupe démographique d'intérêt, du nombre de votes exprimés le jour du scrutin par des électeurs déjà inscrits. Les estimations définitives requises comme numérateur pour le calcul du taux de participation ont ensuite été obtenues par l'ajout de ces estimations aux nombres connus de votes exprimés par les membres des différents groupes, que ce soit par anticipation, par bulletin de vote spécial ou par les personnes qui se sont inscrites au moment de voter le jour du scrutin.

Compte tenu des études antérieures ainsi que du temps et des ressources disponibles, un échantillon général de 1 800 bureaux de scrutin a été jugé suffisant pour produire des estimations ayant des marges d'erreur acceptables à l'échelle provinciale ou territoriale.

Pour des raisons pratiques liées à l'entreposage des listes après l'élection, l'échantillonnage s'est fait en deux étapes. Tout d'abord, 60 des 308 circonscriptions canadiennes ont été sélectionnées au hasard. Ensuite, 30 bureaux de scrutin ont été choisis dans chacune de ces 60 circonscriptions, soit un échantillon général de 1 800 bureaux. Aux deux étapes, une stratification fondée sur la ventilation par âge des électeurs inscrits a été appliquée pour assurer une couverture suffisante des groupes démographiques d'intérêt.

Marges d'erreurs des estimations

Les marges d'erreur ont été obtenues par l'établissement d'intervalles de confiance de 95 % sur les estimations à l'aide des erreurs types calculées et en supposant une distribution d'échantillonnage normale. Pour l'élection générale de 2011, cette méthodologie d'échantillonnage et d'estimation a permis d'obtenir, pour la plupart des groupes d'âge, des marges d'erreur d'environ 1 à 2 % à l'échelle du pays et de 3 à 9 % à l'échelle des provinces et des territoires. Le taux de participation réel devrait se situer en deçà de la marge d'erreur 19 fois sur 20.

Tout au long du présent document, une différence est considérée statistiquement significative au seuil de 5 % si elle est supérieure à la marge d'erreur qui lui est associée.

Les tableaux faisant état des marges d'erreur statistiques par province ou territoire, par groupe d'âge et par sexe se trouvent sur le site Web d'Élections Canada à www.elections.ca/res/rec/part/estim/41st_GE_turnout_f.xlsx.

Poststratification des estimations

Les numérateurs utilisés pour calculer les taux de participation ont été estimés à partir d'un échantillon; chacun d'eux peut donc avoir sa marge d'erreur, et leur somme dans les groupes démographiques ne correspondra pas au nombre officiel de votes exprimés dans une province ou dans un territoire. Pour tenir compte de ce facteur, les estimations des numérateurs ont été ajustées pour correspondre aux totaux connus à l'échelle provinciale ou territoriale, au moyen d'une opération statistique nommée poststratification. Cette méthode permet d'éliminer les marges d'erreur des estimations totales de tous les groupes d'âge ou de sexe à l'échelle provinciale ou territoriale. C'est-à-dire que l'ajustement assure que les estimations correspondent exactement aux valeurs connues à cette échelle.