Menu secondaire

Enquête nationale auprès des jeunes

SECTION 2 : APERÇU DES MÉTHODES EMPLOYÉES

2.1 Questionnaire

Avant de finaliser le questionnaire de l'Enquête nationale auprès des jeunes, l'équipe de recherche de R.A. Malatest & Associates Ltd. (ci-après appelé le cabinet de consultants) a travaillé avec Élections Canada pour cerner les principaux centres d'intérêt. Des données et des renseignements tirés d'une étude intitulée La participation électorale des jeunes au Canadanote 2 et d'une analyse documentairenote 3 ont servi à guider l'élaboration du questionnaire. Le questionnaire définitif s'intéressait à ce qui suit :

2.2 Administration du questionnaire

On a fait en sorte que la collecte des données ait lieu dès la fin de la 41e élection générale tenue le 2 mai 2011.

Le questionnaire a été conçu afin de permettre diverses méthodes d'administration (téléphone, en ligne et en personne); il a fallu 14 minutes, en moyenne, pour remplir chacun des questionnaires. L'essai sur le terrain a été fait le 3 mai 2011 auprès de 51 répondants. Seules des modifications mineures ont été requises; par conséquent, les données recueillies lors de ces entrevues ont été intégrées aux données définitives de l'étude. L'administration officielle du questionnaire a eu lieu du 5 mai au 13 juin 2011. L'Enquête nationale auprès des jeunes a eu recours à diverses méthodes de collecte des données : le sondage téléphonique, le sondage en ligne et le sondage par interception (en personne). Pour encourager les jeunes à participer, un tirage a été organisé leur donnant la chance de gagner un iPad.

2.3 L'échantillon

Les citoyens canadiens âgés de 18 à 34 ans le 2 mai 2011 étaient admissibles à cette enquête. L'échantillon a été construit de manière à représenter toutes les régions du Canada. Deux méthodes d'échantillonnage ont servi dans le cadre de cette étude : un échantillonnage aléatoire stratifié selon certaines caractéristiques (le groupe A) et un échantillonnage par choix raisonné visant à représenter les sous-groupes visés par cette enquête (groupe B).

2.3.1 L'échantillon national aléatoire (groupe A)

Le cadre d'échantillonnage du groupe A était composé de 57 634 numéros de téléphone sélectionnés de façon aléatoire à partir des listes téléphoniques d'ASDEnote 4. L'échantillon a été stratifié en fonction des régions suivantes :

En tout, 1 372 questionnaires ont été remplis et jugés valides, produisant un taux de réponse estimé à 34 %note 5 et une marge d'erreur de plus ou moins 2,6 % (à un niveau de confiance de 95 %).

On a effectué une comparaison entre les caractéristiques démographiques des répondants faisant partie de l'échantillon national aléatoire (groupe A) et les données du Recensement canadien de 2006. Les légères différences dans les distributions ont été corrigées mathématiquement en pondérant les données en fonction de l'âge et du sexe (après la stratification) dans chacune des régions, afin de réduire tout biais causé par un suréchantillonnage ou un sous-échantillonnage.

On a observé que les résultats du sondage téléphonique étaient biaisés en faveur des jeunes plus scolarisés. Les données du recensement étaient insuffisantes pour apporter les ajustements nécessaires au moyen de la pondération. Ces préoccupations et la présence d'un lien entre le niveau de scolarité et plusieurs variables de l'enquête ont conduit à des analyses de régression en tenant compte de la scolarité de manière à s'assurer que les liens constatés entre l'intention de participer au scrutin et les autres variables ne soient pas simplement le reflet du niveau de scolarité du répondant.

Le lecteur trouvera de plus amples renseignements sur l'échantillon, le taux de réponse et la pondération à l'annexe A.

2.3.2 L'échantillon par choix raisonné (groupe B)

L'échantillonnage par choix raisonné a servi à produire des données permettant de tracer le profil des votants et des non-votants dans chacun des groupes étudiés. Le cabinet de consultants a eu recours à diverses méthodes d'échantillonnage pour mieux cibler ces sous-groupes :

Le tableau 2‑1 présente le nombre de questionnaires remplis dans chaque sous-groupe.

Tableau 2‑1 : Nombre de questionnaires remplis et valides dans chaque sous-groupe, selon l'échantillon
Sous-groupe Échantillon aléatoire
(Groupe A)
Échantillon non aléatoire
(Groupe B)
Total
Jeunes Autochtones 87 196 283
Jeunes handicapés 52 101 153
Jeunes des groupes ethnoculturels 196 262 458
Jeunes des régions rurales 372 180 552
Jeunes sans emploi 69 172 241
Total 776 911 1 687

2.4 Analyse

Une fois la collecte des données terminée, on a procédé à l'entrée des données, à l'épuration de celles-ci, au codage thématique des réponses aux questions ouvertes et à la pondération des données.

Le cabinet de consultants a ensuite utilisé le logiciel d'analyse statistique SPSS (Ensemble des programmes statistiques relatif aux sciences sociales) pour produire les résultats définitifs de l'enquête. Les résultats obtenus à chacune des questions ont été croisés avec les données sur la participation à l'élection générale du 2 mai 2011.

On a eu recours à un modèle de régression logistique binaire pour examiner le lien entre les variables de l'enquête et la participation à l'élection générale de 2011. On a aussi effectué une régression multinomiale pour établir le profil des jeunes selon leur participation aux élections précédentes (votants assidus, votants fréquents, votants occasionnels ou non-votants récurrents). Les modèles de régression binaire et multinomiale ont vérifié le lien entre la participation au scrutin et les facteurs suivants :

2.5 Considérations

La principale force de cette enquête est la combinaison d'un échantillonnage aléatoire et d'un échantillonnage par choix raisonné. Les caractéristiques de l'échantillon aléatoire ressemblaient de près au profil des jeunes établi par le Recensement de 2006 et ont donc produit des résultats raisonnablement représentatifs sur le plan national. L'échantillonnage par choix raisonné a permis, pour sa part, de consulter des jeunes appartenant aux divers sous-groupes étudiés, jeunes qui n'auraient possiblement pas été invités à participer à l'enquête par la seule méthode d'échantillonnage téléphonique.

Si l'Enquête nationale auprès des jeunes a permis d'obtenir des données de qualité, celles-ci comportent néanmoins des limites dont on doit tenir compte dans l'interprétation des résultats :

L'annexe A explique plus amplement les forces et les limites de cette étude.


Note 2 Blais A. and Loewen P. Youth Electoral Engagement in Canada. Elections Canada Working Paper Series (January 2011).

Note 3 Élections Canada. Plan d'action de recherche ciblant les jeunes. Analyse documentaire. Version préliminaire. Novembre 2011 (en anglais seulement).

Note 4 Les listes de numéros d'ASDE sont mises à jour régulièrement à partir des annuaires téléphoniques de toutes les régions du Canada.

Note 5 Un taux de réponse estimé comprend une estimation du nombre de personnes admissibles refusant de participer à l'enquête, puisque la plupart des refus se produisent avant qu'on puisse déterminer l'admissibilité.