Menu secondaire

Rapport sur la 42e élection générale du 19 octobre 2015

Avant-propos

C'est avec plaisir que je présente le premier rapport d'Élections Canada sur la 42e élection générale. Ce rapport dresse un portrait factuel de la conduite de l'élection, et donne une idée de son ampleur et de sa complexité. Il fait aussi état des enjeux à examiner plus en détail dans le rapport rétrospectif qui sera présenté au Parlement en juin 2016.

Cette élection fédérale a été historique à plusieurs points de vue : elle a été la première à avoir lieu à date fixe et la plus longue en plus de 140 ans; le taux de vote par anticipation a augmenté de 74 %; et quelque trois millions de Canadiens de plus qu'à l'élection de 2011 ont voté, faisant grimper le taux de participation à son plus haut niveau depuis une vingtaine d'années. Selon les premières données, la participation aurait augmenté parmi les groupes d'électeurs qui votent habituellement en moins grand nombre que l'électorat général, comme les Autochtones et les jeunes. Par ailleurs, tous moyens confondus, les Canadiens ont multiplié le nombre de leurs communications avec Élections Canada pendant la dernière élection.

Une élection générale est l'un des plus vastes exercices civiques au pays. Au cours de cette élection, conduite sous une nouvelle carte électorale, 338 bureaux locaux et 148 bureaux satellites ont été ouverts partout au Canada et équipés de matériel électoral, de fournitures et d'outils informatiques. Quelque 285 000 travailleurs temporaires ont été engagés et formés pour pourvoir plus de 67 000 bureaux de scrutin dans 15 500 lieux.

Lors des élections fédérales, nous faisons en sorte que tous les Canadiens qui souhaitent voter puissent le faire, que les règles et les procédures électorales soient respectées, et que les élections soient justes et fiables.

Avec un gouvernement majoritaire et une date d'élection fixée depuis 2011, l'organisme a pu se consacrer à l'amélioration de ses services, tout en demeurant prêt à conduire des élections partielles. Pour l'élection de 2015, nous avons permis aux électeurs de s'inscrire en ligne, lancé une vaste campagne de publicité et de rayonnement, revu notre façon de former les travailleurs électoraux, et collaboré avec la communauté des personnes handicapées afin d'améliorer l'accessibilité des lieux de scrutin. Nous avons aussi mis en œuvre un projet de loi adopté en juin 2014, qui a modifié les règles d'identification des électeurs et entraîné la création d'un registre d'avis, de lignes directrices et de notes d'interprétation sur l'application de la Loi électorale du Canada aux entités politiques.

Même si l'élection de 2015 a été un succès dans l'ensemble, il est devenu évident qu'un système ancré dans le 19e siècle ne répond plus aux attentes des électeurs canadiens, qui souhaitent des services électoraux plus accessibles et pratiques, en personne ou en ligne, et de l'information numérique en temps réel. Pour la prochaine élection générale, nous aimerions leur offrir une expérience de vote simplifiée qui fera appel à la technologie pour améliorer les services offerts dans les lieux de scrutin et ailleurs.

Nous sommes actuellement en train de clore la 42e élection générale. Nous terminons nos évaluations fondées sur les enquêtes postélectorales et recueillons les résultats de la première vérification indépendante du rendement des préposés au scrutin. J'ai l'intention de présenter une rétrospective de l'expérience des électeurs, des partis politiques, des candidats et des préposés au scrutin, ainsi que de recommander des modifications à la loi.

Enfin, je tiens à remercier les 285 000 travailleurs électoraux, directeurs du scrutin et agents de liaison en région qui ont mis leur vie personnelle et professionnelle de côté pour permettre à leurs concitoyens d'exercer leur droit démocratique de voter. Leur dévouement et leur esprit d'initiative ont grandement contribué au succès de la 42e élection générale.

Marc Mayrand

Directeur général des élections du Canada