open Menu secondaire

4. Communication avec les électeurs – Rapport sur la 43e élection générale du 21 octobre 2019

Les élections récentes dans les démocraties occidentales se sont déroulées dans un environnement de communication changeant, dans lequel la désinformation et la mésinformation en ligne suscitent de plus en plus de préoccupations.

Lors de la 43e élection générale, Élections Canada a utilisé ses divers canaux de communication pour diffuser des renseignements exacts sur le processus électoral. L'organisme s'était donné comme objectif de communiquer aux électeurs toute l'information dont ils avaient besoin pour s'inscrire et voter. Des efforts supplémentaires ont été déployés pour joindre les groupes d'électeurs qui se heurtaient à des obstacles connus à la participation électorale, notamment les Autochtones, les jeunes, les nouveaux Canadiens et les personnes handicapées.

Les efforts de communication d'Élections Canada visaient aussi à gagner et à maintenir la confiance des Canadiens, et à présenter l'organisme comme étant la source officielle d'information sur l'inscription et le vote.

4.1. Campagne d'information des électeurs

La Campagne d'information des électeurs menée par Élections Canada en 2019 était au cœur des communications avec les électeurs à propos de l'élection générale. Le mandat d'Élections Canada consiste notamment à veiller à ce que toutes les personnes ayant qualité d'électeur puissent exercer leur droit démocratique de voter. Pour ce faire, l'organisme a mené une campagne d'information multimédia partout au pays, avant et pendant l'élection, pour fournir aux Canadiens toute l'information dont ils avaient besoin pour savoir où, quand et comment s'inscrire et voter.

Campagne multimédia

La toute nouvelle campagne, qui a commencé le 15 juin 2019, tenait compte de la nouvelle période préélectorale, qui a commencé le 30 juin 2019.

Pendant la période préélectorale, la campagne a été menée exclusivement en ligne et était axée sur les façons de participer à l'élection fédérale, par exemple en travaillant à l'élection et en s'inscrivant pour voter.

L'un des principaux objectifs de la campagne préélectorale était de remédier au faible taux d'inscription des électeurs âgés de 18 à 24 ans. En 2015, 72 % des électeurs de ce groupe d'âge étaient inscrits sur les listes électorales préliminaires, comparativement à 92,7 % de tous les électeurs (couverture globale). Cela signifie que les jeunes électeurs ont été beaucoup moins nombreux à recevoir une carte d'information de l'électeur leur fournissant des renseignements essentiels sur le vote.

L'organisme a tenté de remédier à ce problème en ayant recours à des influenceurs des médias sociaux. Cette méthode de promotion est reconnue pour être un moyen efficace de joindre les jeunes et a été utilisée par de nombreux organismes de gestion électorale canadiens. En février 2019, l'organisme a présenté au Comité consultatif des partis politiques son projet de vidéo mettant en vedette des influenceurs des médias sociaux pour la campagne préélectorale. À mesure que des influenceurs étaient pris en considération pour ce projet, des vérifications étaient effectuées pour exclure ceux qui étaient inadmissibles en raison d'activités passées (p. ex. des déclarations ou des activités partisanes). À la suite de certaines critiques liées au projet, l'organisme a procédé à une dernière vérification. Or, cette vérification a mis au jour des activités passées des influenceurs pouvant être considérés comme partisanes; la vidéo représentait donc un risque inacceptable pour les valeurs fondamentales d'impartialité et de neutralité de l'organisme, et le directeur général des élections a décidé de ne pas utiliser la vidéo lors de la campagne préélectorale.

Pendant la période électorale, la campagne comportait quatre phases axées sur des sujets distincts : l'inscription, la carte d'information de l'électeur, les façons de voter d'avance et le jour de l'élection.

Au total, les publicités préélectorales et électorales ont été diffusées par 28 chaînes de télévision grand public en anglais et 27 en français, par 9 chaînes ethniques et 2 chaînes autochtones, dans plus de 500 publications quotidiennes et hebdomadaires, par 723 stations de radio grand public, et par plus de 100 stations de radio ethniques et autochtones. Il y a également eu des publicités extérieures, notamment sur 3 000 écrans numériques dans les transports en commun (p. ex. aux arrêts d'autobus et dans les stations de métro) et sur 2 250 écrans de cinéma.

La Campagne d'information des électeurs était également très présente sur Internet, y compris dans les médias sociaux (Facebook/Instagram, Snapchat, Google/YouTube, Twitter) et sur différents sites Web.

La campagne multimédia présentait Élections Canada comme étant la source officielle d'information sur l'inscription et le vote, et invitait les électeurs à consulter le site elections.ca et à composer le numéro sans frais de l'organisme pour obtenir d'autres renseignements.

Panneaux d'affichage numériques au centre-ville de Toronto
La description du graphique « Panneaux d'affichage numériques au centre-ville de Toronto »

Site Web de l'élection générale

Élections Canada a publié de l'information sur l'élection sur son site Web (elections.ca) plus tôt que lors des élections précédentes, en raison de la nouvelle période préélectorale. Le 11 septembre, l'organisme a modifié la page d'accueil de son site Web pour lui donner l'aspect visuel de la Campagne d'information des électeurs et mettre au premier plan les renseignements essentiels aux électeurs. Bien en évidence se trouvaient le Service d'inscription en ligne des électeurs et le Service d'information à l'électeur, dans lequel les électeurs pouvaient entrer leur code postal pour savoir où et quand voter et pour connaître le niveau d'accessibilité de leurs lieux de vote. Le Service d'information à l'électeur a été consulté plus de cinq millions de fois pendant la période électorale.

Le site Web servait à renseigner les électeurs afin qu'ils sachent où, quand et comment s'inscrire et voter. Un nombre record de 16,4 millions de visites ont été enregistrées sur le site Web pendant la période électorale, dont 4,1 millions le jour de l'élection seulement. De plus en plus d'électeurs consultent le site Web d'Élections Canada sur un appareil mobile. Les jours de vote par anticipation et le jour de l'élection, 77 % des visites sur le site Web ont été faites à partir d'appareils mobiles, contre 61 % en 2015. Les résultats de l'élection ont été diffusés en ligne en temps réel à compter de 19 h (heure de l'Est) le 21 octobre, et la page des résultats sur le site Web d'Élections Canada a été consultée plus de 780 000 fois en deux jours.

Médias sociaux et collaboration avec les plateformes numériques

Dans le cadre de ses efforts de communication, Élections Canada a collaboré avec les plateformes numériques Google/YouTube, Facebook/Instagram, Snapchat et Twitter pour mener plus d'une douzaine d'initiatives en ligne afin d'inciter les électeurs à consulter le site elections.ca et à s'inscrire en ligne. Le rappel sur l'inscription diffusé sur Facebook (du 16 au 21 septembre) a généré 988 222 accès au Service d'inscription en ligne des électeurs. Au total, 474 495 confirmations, ajouts et mises à jour ont été effectués par des électeurs en provenance de Facebook. Le rappel diffusé le jour et la veille de l'élection a fait de Facebook le principal générateur de visites sur la page d'accueil d'Élections Canada le 21 octobre, surpassant ainsi Google.

Croissance dans les médias sociaux
La description du graphique « Croissance dans les médias sociaux »

De plus, Élections Canada a collaboré avec Google afin que les utilisateurs y cherchant des renseignements sur le vote soient dirigés vers elections.ca. Au cours de la période électorale, de l'information à jour indiquant où et comment s'inscrire et voter s'affichait directement sur google.ca.

L'organisme a aussi tiré parti de sa collaboration avec les plateformes de médias sociaux pour intervenir lorsque de l'information erronée circulait.

Élections Canada a également communiqué avec le public au moyen de ses comptes de médias sociaux. Du 11 septembre au 22 octobre, il a reçu 44 667 messages par l'entremise de ses comptes et a répondu à 2 696 demandes de renseignements.

Envois postaux

Comme lors des élections précédentes, la carte d'information de l'électeur (CIE) a été un outil crucial pour communiquer de l'information sur le processus électoral. Une CIE personnalisée a été envoyée par la poste à tous les électeurs inscrits pour les renseigner sur les dates, les heures et les lieux de vote, sur l'accessibilité de leurs lieux de vote et sur la façon de communiquer avec le bureau d'Élections Canada le plus proche. Au 27 septembre, l'organisme avait envoyé 26,2 millions de CIE aux électeurs dont le nom figurait sur les listes électorales préliminaires. Par la suite, il a envoyé quelque 209 000 CIE révisées pour signaler des changements touchant les lieux de vote, et environ 1,1 million de CIE à des électeurs nouvellement inscrits ou qui avaient mis à jour leur nom ou leur adresse.

Guide envoyé à tous les foyers canadiens
La description du graphique « Guide envoyé à tous les foyers canadiens »

Une semaine après l'envoi des CIE, Élections Canada a envoyé le Guide pour l'élection fédérale à tous les foyers canadiens. Cette brochure fournissait de l'information sur les critères du droit de vote, sur l'inscription, sur les façons de voter, sur les exigences d'identification (y compris les pièces d'identité acceptées), sur l'accessibilité des lieux de vote et sur les outils et les services d'aide au vote offerts le jour de l'élection. Elle incitait également les électeurs à communiquer avec Élections Canada s'ils n'avaient pas reçu de CIE. L'organisme a distribué 15 424 443 guides bilingues dans tout le Canada, en plus de 10 073 guides trilingues au Nunavut.

Relations avec les médias

Avant la nouvelle période préélectorale, Élections Canada a organisé le 11 juin une séance d'information technique à l'intention des journalistes afin de leur fournir des renseignements et de répondre à leurs questions sur les changements apportés à la Loi électorale du Canada par le projet de loi C-76.

Au cours des périodes préélectorale et électorale, l'équipe des relations avec les médias a répondu à 4 317 demandes de journalistes, soit à 488 pendant la période préélectorale et à 3 829 pendant la période électorale, ce qui est comparable aux élections générales précédentes.

Après le déclenchement de l'élection, Élections Canada a eu recours à son réseau de 12 conseillers régionaux en relations médias et à ses conseillers permanents pour fournir de l'information sur tous les aspects du processus électoral aux médias locaux, nationaux et internationaux. Le 17 septembre, le directeur général des élections a tenu une conférence de presse pour répondre aux questions des journalistes et leur fournir des renseignements sur le processus électoral.

La grande majorité des 3 829 demandes reçues de journalistes pendant la période électorale portaient sur la conduite de l'élection en général : mises en candidature, façons de voter, exigences d'identification, vote par anticipation, taux de participation, Loi électorale du Canada. En ce qui a trait plus précisément à la 43e élection générale, des questions ont été posées sur les modifications récentes apportées à la Loi, y compris celles touchant les électeurs internationaux.

Élections Canada a également pris l'initiative d'appeler les médias pour leur fournir des renseignements sur le processus électoral, et a publié 18 communiqués de presse et avis aux médias dans les deux langues officielles. L'équipe des relations avec les médias a également communiqué avec les médias de façon proactive pour sensibiliser le public à la campagne de recrutement de travailleurs électoraux menée par l'organisme.

Aperçu de la Campagne d'information des électeurs
La description du graphique « Aperçu de la Campagne d'information des électeurs »

4.2. Rayonnement et mobilisation des intervenants

Rayonnement à l'échelle nationale

Avant l'élection, l'équipe du programme Inspirer la démocratie d'Élections Canada a négocié 30 contrats et 91 ententes informelles avec des groupes d'intervenants aptes à communiquer de l'information aux groupes d'électeurs ayant des difficultés à s'inscrire et à voter. Ces organismes représentaient notamment les Autochtones, les jeunes, les nouveaux Canadiens et les personnes handicapées.

Les organismes ont distribué du matériel d'apprentissage d'Inspirer la démocratie et du matériel de la Campagne d'information des électeurs en version papier et numérique et en formats substituts (p. ex. en braille et en gros caractères). Ils ont aussi distribué des traductions de ces documents en langues autochtones et en d'autres langues, fournies par Élections Canada.

Les entrepreneurs et les organismes qui avaient conclu des ententes informelles avec Élections Canada ont également aidé à coordonner ou à organiser des activités de rayonnement en personne avec les groupes cibles. Des employés de l'administration centrale d'Élections Canada ont fait des présentations auprès de groupes cibles lors de 51 activités organisées par des intervenants partout au Canada. Ces intervenants ont à leur tour fait des présentations semblables lors de 195 activités de rayonnement communautaires.

Ressources de rayonnement diffusées par les intervenants
La description du graphique « Ressources de rayonnement diffusées par les intervenants »

Rayonnement à l'échelle locale

Agents de relations communautaires

Cette élection a été l'occasion pour les agents de relations communautaires de servir de nouveaux groupes d'électeurs susceptibles d'avoir des difficultés à s'inscrire et à voter, tels que des communautés métisses, des communautés de langue officielle en situation minoritaire et, étant donné que l'élection et certains jours de vote par anticipation coïncidaient avec des fêtes qui auraient pu empêcher les Juifs pratiquants de voter, des communautés comptant une importante population juive.

Les agents de relations communautaires ont transmis de l'information à ces groupes cibles et d'autres groupes locaux. Environ 23 385 électeurs ont visité les kiosques installés par des agents de relations communautaires, et on estime que 7 572 électeurs ont assisté aux présentations. Les agents de relations communautaires ont également organisé des groupes de discussion, distribué des produits d'information et assuré la liaison avec les administrateurs des organismes ou des établissements concernés.

Pendant la planification de l'élection générale, les directeurs du scrutin ont eu la possibilité d'embaucher des agents de relations communautaires pour mener des activités de rayonnement auprès des communautés autochtones de leur circonscription, que ce soit dans une réserve des Premières Nations ou dans une zone urbaine à forte population autochtone. La nomination d'un agent de relations communautaires était également encouragée s'il y avait des communautés inuites ou métisses dans la circonscription.

Les directeurs du scrutin ont embauché 1 529 agents de relations communautaires pour l'élection générale de 2019, comparativement à 1 201 pour l'élection générale précédente. Davantage d'agents de relations communautaires ont été embauchés, à l'exception de ceux travaillant auprès des personnes handicapées et des sans-abri. Des renseignements additionnels à ce sujet seront fournis dans les prochains rapports.

Le tableau 4 de l'annexe présente le nombre d'agents de relations communautaires embauchés par catégorie.

Autres activités de rayonnement auprès des communautés autochtones

Comme par le passé, les directeurs du scrutin ont embauché des aînés et des jeunes autochtones qui, aux lieux de scrutin le jour de l'élection, ont aidé à expliquer le processus de vote, ont répondu à des questions générales et ont fourni des services d'interprétation.

Au cours des 18 mois précédant l'élection, Élections Canada a aussi mené un projet pilote de services électoraux dans des communautés autochtones éloignées, choisies en fonction de critères précis, dans 26 circonscriptions. L'objectif du projet était de resserrer les liens avec ces communautés afin de mieux comprendre et combler les besoins des électeurs qui en font partie. Les directeurs du scrutin avaient reçu des ressources pour mener des activités de rayonnement dans ces communautés autochtones avant le déclenchement de l'élection. Selon le contexte local, les directeurs du scrutin pouvaient par exemple participer à des activités locales, faire des présentations aux chefs et aux conseils sur les façons de voter, rencontrer des administrateurs de bande, tenir des kiosques d'information sur l'élection lors d'activités communautaires et organiser des activités de rayonnement adaptées à chaque communauté.

Une fois l'élection déclenchée, tous les directeurs du scrutin de circonscriptions comptant des communautés autochtones ont reçu des produits de la Campagne d'information des électeurs, dont certains dans des langues autochtones locales, pouvant être utiles lors des activités de rayonnement de leurs agents de relations communautaires.

Toutes les activités de rayonnement auprès de communautés autochtones seront analysées dans le rapport rétrospectif.

Éducation civique

L'élection générale de 2019 a été une occasion importante pour Élections Canada de s'acquitter de son rôle éducatif auprès des élèves du primaire et du secondaire. Pour aider les futurs électeurs à mieux comprendre le processus électoral, Élections Canada a chargé l'organisme de bienfaisance enregistré CIVIX de tenir une élection parallèle, appelée Vote étudiant Canada 2019. Ce programme, qui est offert lors d'élections fédérales depuis 2004, a enregistré son plus haut taux de participation à ce jour. Plus de 1,1 million d'étudiants de toutes les circonscriptions ont voté, soit 29 % de plus qu'en 2015.

Bien que le Vote étudiant Canada 2019 ait été sa principale initiative pédagogique pendant la période électorale, Élections Canada a également mis ses propres ressources éducatives à la disposition des enseignants. Plus de 3 000 enseignants ont demandé ces ressources liées aux programmes d'enseignement, soit 64 % de plus qu'en 2015.

4.3. Plaintes

Élections Canada accueille toujours avec plaisir les commentaires des Canadiens sur le processus électoral. Les plaintes peuvent être présentées au moyen d'un formulaire en ligne fraîchement remanié, par téléphone, par courriel ou par la poste. Pendant l'élection, les électeurs pouvaient également présenter une plainte à un bureau d'Élections Canada ou dans leur lieu de vote.

Du 30 juin 2019 au 1er décembre 2019, période qui couvre la période préélectorale, la période électorale et la période postélectorale immédiate, environ 19 000 plaintes ont été reçues de membres du public, de travailleurs des jours de vote, d'entités politiques, de fournisseurs, d'administrateurs électoraux et d'employés des bureaux en région.

Au total, environ 11 100 plaintes ont été reçues du 11 septembre (date du début de la période électorale) au 1er décembre, comparativement à 17 000 pendant la même période lors de la 42e élection générale.

Plaintes par catégorie

Liberté d'expression et changements climatiques

Élections Canada a reçu environ 6 700 plaintes sur des questions de liberté d'expression et de changements climatiques, dans le contexte des règles sur la publicité faite par les tiers (des détails sont fournis à la section 5.1). Presque toutes ces plaintes ont été déposées pendant la période préélectorale (du 30 juin au 10 septembre).

Expérience des électeurs et services aux électeurs

Élections Canada a reçu près de 5 000 plaintes concernant l'expérience des électeurs ou les services qui leur étaient offerts, que ce soit aux bureaux de scrutin, en ligne ou à tout autre guichet de service.

Ces plaintes portaient sur de nombreux produits et services d'Élections Canada, en particulier sur l'expérience aux bureaux de scrutin (p. ex. les temps d'attente, la conduite des travailleurs électoraux, les langues officielles, la procédure de vote et l'accessibilité des services), l'utilisation des outils en ligne (p. ex. l'inscription ou la recherche d'un lieu de scrutin) et les services fournis par la poste (p. ex. la carte d'information de l'électeur ou le bulletin de vote spécial).

Accessibilité

Au 8 janvier 2020, l'organisme avait reçu environ 2 400 plaintes relatives à l'accessibilité des lieux de scrutin et des bureaux d'Élections Canada. Les quatre principaux sujets de plainte étaient le stationnement, l'emplacement du bureau de scrutin dans l'immeuble, la signalisation et les accès de plain-pied. Le tableau 5 de l'annexe montre la répartition des plaintes.

Candidats et entités politiques

L'organisme a reçu environ 1 500 plaintes à propos des candidats et des entités politiques. Certaines visaient un candidat ou une entité politique en particulier; d'autres concernaient des produits et des services offerts aux candidats et aux entités politiques et les règles auxquelles ils sont assujettis.

La plupart des plaintes venaient de membres du public et portaient sur des activités de campagne et de publicité politique, par exemple les pancartes, les appels téléphoniques, les messages textes et les publications en ligne (y compris dans les médias sociaux) des campagnes.

Expérience des travailleurs des jours de vote et des administrateurs électoraux

L'organisme a reçu 1 400 plaintes au sujet de l'expérience des personnes qui ont postulé pour travailler à Élections Canada pendant l'élection générale ou qui ont travaillé les jours de vote ou exercé les fonctions d'administrateur électoral. Environ la moitié de ces plaintes portaient sur la rémunération. Les autres portaient surtout sur les conditions de travail (p. ex. aucune pause, qualité de la formation) et sur l'embauche (p. ex. le processus de demande d'emploi ou le fait de ne pas avoir été embauché).

Loi électorale du Canada et politiques d'Élections Canada

Élections Canada a reçu environ 1 300 plaintes relatives à ses politiques et à la Loi. Ce nombre ne tient pas compte des plaintes liées à la liberté d'expression et aux changements climatiques, qui ont été comptées séparément en raison de leur volume élevé à l'élection générale de 2019.

Les plaintes de cette catégorie étaient habituellement des questions sur les conditions du droit de vote et sur les preuves d'identité, sur la conduite des travailleurs électoraux, sur les candidats et les électeurs, ainsi que sur les lois et les règlements relatifs à la publicité et aux médias.

Autres

Parmi les autres plaintes, 955 étaient trop génériques ou ne contenaient pas assez d'information pour être classées dans une catégorie.

Gestion des plaintes

Les plaintes d'une priorité absolue étaient celles provenant d'électeurs dont le droit de vote était en jeu. Pour ce type de plaintes, il arrivait souvent que l'agent fournisse immédiatement au plaignant l'adresse de son lieu de vote ou le numéro de téléphone du directeur du scrutin.

Les plaintes concernant une infraction possible à la Loi électorale du Canada étaient renvoyées au commissaire aux élections fédérales aux fins d'enquête. Celles concernant des infractions potentielles aux règles sur les appels automatisés ou les services d'appels aux électeurs étaient renvoyées au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes.

Comme en 2015, on estime qu'il faudra environ cinq mois pour répondre à toutes les plaintes concernant l'élection générale de 2019. À mesure que les plaintes seront traitées, leur catégorisation ou leur nombre pourrait changer. De plus amples renseignements à ce sujet seront fournis dans le rapport rétrospectif.

Plaintes par catégorie
La description du graphique « Plaintes par catégorie »